Cet article date de plus d'un an.

TER Périgueux-Agen : une petite ligne menacée

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
TER Périgueux-Agen : une petite ligne menacée
France 2
Article rédigé par
H. Puffeney, V. Piffeteau, J-M. Perroux - France 2
France Télévisions

Les petites lignes de train rurales sont menacées, comme le TER entre Agen et Périgueux. Plusieurs arrêts ont déjà été supprimés.

Traversant le Périgord, le TER qui relie Périgueux (Dordogne) à Agen (Lot-et-Garonne) est une ligne de vie pour de nombreux villages ruraux. Benjamin Brachet est un usager fréquent. Il habite une commune de 2 000 habitants. "S'il n'y avait pas le train ici, ce serait la voiture [...] ou l'autocar, mais l'autocar, je ne peux pas mettre le vélo", confie-t-il. Aujourd'hui, son confort est menacé : dès le 13 décembre, ce train se fera de plus en plus rare. À sa gare de Monsempron-Libos (Lot-et-Garonne), la SNCF a décidé de supprimer la moitié des TER. "Ça me fait mal au cœur. S'il n'y a plus de train, je serais obligé de déménager. Utiliser la voiture tout le temps, ça a un coût", déplore-t-il.

Rénovation de la ligne 

Comme lui, des centaines d'usagers sont mécontents. Car sur la ligne Périgueux-Agen, la SNCF supprime des trains, et même des arrêts. Dans quatre petites communes, le train passera toujours, mais ne s'arrêtera plus. C'est le cas à Villefranche-du-Périgord (Dordogne). Pour ses élus municipaux, il s'agit d'une décision absurde et illogique, car Villefranche, avec ses 700 habitants, n'est pas un hameau inhabité. Contactée, la SNCF s'engage à préserver l'arrêt, pour l'instant, et à rénover toute la ligne pour un coût estimé de 140 millions d'euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.