Taxis contre VTC : ce que préconise le rapport remis au gouvernement

Le député PS Thomas Thévenoud propose de moderniser le métier de taxi et de mieux réguler l'activité des voitures de tourisme avec chauffeurs.

Un taxi parisien, en octobre 2013.
Un taxi parisien, en octobre 2013. (ANA BEAUVIR / ONLY FRANCE / AFP)

Moderniser le métier de taxi et mieux réguler l'activité des voitures de tourisme avec chauffeurs (VTC). Telles sont les grandes lignes proposées par le député PS Thomas Thévenoud, qui doit remettre son rapport, jeudi 24 avril, à Manuel Valls. 

Le député annonce qu'une proposition de loi sera prochainement déposée à l'Assemblée nationale. D'ici là, Thomas Thévenoud se déclare favorable au maintien du moratoire décidé récemment sur l'immatriculation de nouveaux VTC, considérés par les taxis comme des concurrents déloyauxFrancetv info détaille les principales propositions du rapport.

Des taxis géolocalisables et plus identifiables

L'élu socialiste propose de développer "la maraude électronique" pour les taxis, c'est-à-dire la prise de clients dans la rue sans réservation. Cela permettrait aux clients de pouvoir géolocaliser en temps réel les taxis disponibles à proximité, via des applications sur leurs téléphones portables.

Mais le député veut interdire cette maraude électronique pour les VTC. "Ce que je souhaite interdire, ce sont les applications qui permettent de voir les VTC qui se trouvent à proximité", comme celle proposée par la société américaine Uber, insiste-t-il.

Selon le rapport du député, le taxi doit devenir une "alternative à la voiture individuelle" grâce à des "aménagements urbains adaptés" dans les gares, les aéroports, avec des voies réservées et des stations modernisées. Il recommande aussi de les rendre "plus reconnaissables" par le biais d'une "couleur sobre avec un dispositif d'identification".

Le rapport préconise en outre de protéger les conducteurs de taxis "locataires avec une réforme du statut actuellement très injuste et la distribution de nouvelles licences gratuites incessibles seulement pour les chauffeurs".

Des VTC davantage contrôlés

Thomas Thévenoud n'a pas retenu l'idée d'un délai ou d'une course minimum pour les VTC, ardemment réclamée par les taxis. Thomas Thévenoud explique à l'AFP qu'une telle mesure entraînerait une "rupture d'égalité" et irait à l'encontre du principe de la "liberté des prix".

En revanche, ils devraient être immatriculés au niveau régional "pour mieux contrôler notamment l'obligation d'assurance", et devraient avoir "une tarification claire et au forfait". Le rapport propose également "des contrôles renforcés et facilités, avec plus de 'boers' (policiers spécialisés) disposant de nouveaux moyens de contrôle et de sanctions plus facilement applicables".

Le rapport recommande enfin d'immatriculer les sociétés de VTC et pas seulement les véhicules. Dans un entretien publié jeudi par Le Parisien, Thomas Thévenoud s'en prend directement aux "pratiques illégales", selon lui, de la société de VTC Uber et demande au gouvernement d'y "mettre fin". "Elle met en relation des clients et des particuliers utilisant leur véhicule personnel contre rémunération. Ce n'est pas du covoiturage, c'est du taxi clandestin, estime-t-il. La place d'Uber est devant les tribunaux, le plus rapidement possible."

La fin du tarif d'approche

Sur RMC, Thomas Thévenoud a annoncé la fin du tarif d'approche. "C'était une demande des consommateurs, de dire : "Quand on commande un taxi, pourquoi a-t-il déjà 12 euros au compteur ?" a-t-il développé. Il propose que le taxi reste au tarif minimum, 6,86 euros.

Un couloir de taxis entre Roissy et Paris

Le député a également proposé sur RTL d'ouvrir "une voie aéroport" entre l'aéroport de Roissy et Paris pour les taxis, afin de fluidifier le trafic. Cette ouverture s'accompagnerait de deux forfaits aéroports en région parisienne, l'un pour Roissy, l'autre pour Orly.

La généralisation du paiement par carte bancaire

C'est l'un des reproches faits par les clients aux taxis : l'impossibilité dans la plupart des cas de payer par carte bancaire. Le député Thomas Thévenoud propose de généraliser ce moyen de paiement.