Cet article date de plus de sept ans.

Tarifs SNCF : la direction joue avec les calendriers des trains

En toute discrétion, la SNCF s’affranchit du calendrier Voyageurs, dénonce 60 millions de consommateurs. Un train annoncé en période normale pourra passer en période de pointe sans préavis.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Des billets de train à prix variables © Fotolia)

Depuis le 14 septembre, sans l'avoir crié sur tous les quais, la SNCF mène des expérimentations sur quelques trains à grande vitesse (TGV) et Intercités afin de basculer en période de pointe – et donc au tarif fort – un trajet initialement commercialisé en période normale. Ce test présage-t-il de la disparition du calendrier Voyageurs ?

Tous les tarifs impactés

Cette pratique renforce d’autant plus la variation dans le temps du prix des billets pour un même trajet, dénonce 60 millions de consommateurs qui a mené l’enquête. Le billet Loisir, qui sert de référence pour le calcul des autres tarifs (cartes de réduction ou de fidélité, Prem’s, etc.), est en effet 25 % plus élevé en période de pointe qu’en période normale.

 

La SNCF justifie cette pratique par le fait qu’elle souhaite voir si cette plus grande liberté commerciale lui permet de mieux remplir ses trains.

 

"La SNCF se lance dans cette expérience car elle dit ne pas remplir certains trains, dont ceux en période de pointe. Pour mieux les remplir, elle les passe en période normale au début, puis au fur et à mesure du remplissage du train, elle va les repasser en tarif de pointe, " explique Florent Pommier, de 60 millions de consommateurs .

 

Pour un Paris-Strasbourg, le billet Loisir plein tarif oscillera au départ entre 47 et 75 € en période normale, puis pourra grimper jusqu’à 94 € avec le passage à la période de pointe. Soit un doublement du prix.

 

Un document interne à la SNCF précise clairement que la mesure va optimiser le chiffre d’affaires du train fortement sollicité et inciter la clientèle sensible au prix à se reporter sur les trains moins chargés.

Les dernières minutes pénalisées

Les consommateurs pouvant anticiper leurs réservations gagneront probablement en pouvoir d’achat, contrairement à ceux s’y prenant à la dernière minute. "Les consommateurs pouvant anticiper bénéficieront de cette mesure, mais ceux le faisant à la dernière minute ou deux semaines avant le départ paieront bien plus cher", explique Florent Pommier.

 

Une telle pratique ne permettra pas aux consommateurs de savoir si le train visé est au tarif de la période normale, de la période de pointe ou d’un entre-deux indéfini. Ce flou tarifaire arrange bien la SNCF  qui ne prévoit  "pas de communication proactive vers les clients".

 

Selon le document  de la SNCF que s'est procuré l'association, "seuls quelques trains roulant le week-end et pendant les vacances scolaires sont concernés pour l’instant. Le système sera étendu si l’expérimentation est concluante."

 

Florent Pommier, de 60 millions de consommateurs, a enquêté sur les calendriers tarifaires
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.