VIDEO. SNCF : un journaliste parle de "prise d'otage" en cas de grève, un syndicaliste "ancien otage du Bataclan" lui répond

L'échange a eu lieu, lundi, sur LCI, entre François de Closets et Bruno Poncet de SUD Rail.

François de Closets (à gauche) face au syndicaliste Bruno Poncet de Sud Rail, sur LCI, le 26 février 2018.
François de Closets (à gauche) face au syndicaliste Bruno Poncet de Sud Rail, sur LCI, le 26 février 2018. (LCI)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les syndicats doivent annoncer, mardi 27 février, leur stratégie face à la réforme de la SNCF voulue par le gouvernement. Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, syndicat majoritaire de la SNCF, a brandi la menace d'"un mois de grève" pour "faire plier le gouvernement. En attendant, les échanges fusent. La veille, sur LCI, le journaliste François de Closets a déclaré : "Quand on pense que les cheminots qui sont là conserveront leur statut, c'est scandaleux de même envisager de prendre dans ces conditions les Français en otage."

>> Retrouvez dans notre direct les dernières informations sur la réforme de la SNCF et la mobilisation des syndicats

"Moi, j'ai été au Bataclan"

Le syndicaliste de SUD Rail Bruno Poncet, qui lui faisait face, a répondu directement. "N'employez jamais le mot de preneur d'otage. Vous ne savez pas ce que c'est. Moi, j'ai été pris en otage pendant une heure et demie, je peux vous garantir que ça n'a rien à voir avec [le fait] d'être bondé dans une voiture de voyageurs quand il y a une grève", a-t-il lancé. Et d'ajouter : "Moi, j'ai été au Bataclan. Donc moi, aujourd'hui, les discussions de preneurs d'otage et de terroristes, je sais ce que c'est. Alors, autour de cette table, on parle du statut de cheminot, je trouve que c'est un peu déplacé."