Transports en commun : une fréquentation en baisse et des comptes dans le rouge

Malgré le déconfinement, les usagers des transports ne sont pas tous de retour dans les bus et les métros. Avec, à la clé, des milliards d’euros de pertes.

France 3

Pour reprendre le chemin du travail, Adeline Fougère utilise désormais un vélo électrique. Pour elle, pas question de remettre un pied dans le métro. "Je ne suis pas contrainte pas les horaires des transports, ça me permet d’aller plus vite et c’est vrai, avec la Covid, c’est beaucoup plus sûr", fait-elle remarquer. Elle n’est pas la seule à avoir déserté les transports en commun. Dans le métro parisien, les quais et les rames sont parfois déserts. "Il m’est arrivé de le prendre même aux heures de pointe, effectivement, je pense que beaucoup de gens sont restés chez eux", indique un usager.

Une augmentation des tarifs ?

Depuis le déconfinement, en Île-de-France, la fréquentation des transports a baissé de 70%. C’est -50% à Toulouse (Haute-Garonne) et à Marseille (Bouches-du-Rhône). Résultat, les comptes des transports publics sont dans le rouge, avec quatre milliards d’euros de pertes estimées avant la fin de l’année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des usagers portent des masques dans le métro parisien, le 25 mai 2020, en respect des mesures sanitaires mises en place pendant l\'épidémie de Covid-19.
Des usagers portent des masques dans le métro parisien, le 25 mai 2020, en respect des mesures sanitaires mises en place pendant l'épidémie de Covid-19. (BENOIT DURAND / HANS LUCAS / AFP)