Cet article date de plus de cinq ans.

Trains Paris-Normandie : la SNCF confirme des travaux et de nouvelle rames

"Des travaux sur les voies vont avoir lieu", a expliqué Guillaume Pépy au sujet de la ligne Paris-Rouen-Le Havre. Le président de la SNCF a ajouté que "le conseil régional et son président Hervé Morin vont commander le 23 novembre des trains pour Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg."

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Guillaume Pépy, président de la SNCF (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Le président de la SNCF Guillaume Pépy a confirmé, ce jeudi 20 octobre sur France Bleu Normandie, la mise en place de nouvelles rames et des travaux sur la ligne Paris-Rouen-Le Havre, afin de pallier les nombreux retards sur cet axe. Il confirme par ailleurs des commandes de nouvelles rames par la région pour les lignes Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg.

"Des travaux sur les voies [Paris-Rouen-Le Havre] vont avoir lieu pour 500 millions d'euros dans les années à venir, pour qu'il y ait moins de pannes, moins d'aléas, et plus de fiabilité", a expliqué Guillaume Pépy.

"La deuxième bonne nouvelle, c'est que le conseil régional et son président Hervé Morin [Nouveau Centre] vont commander le 23 novembre des trains tous neufs pour Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg. L'Etat apporte son aide avec 720 millions d'euros, et la Région va devenir patronne de ces trains Intercités. Les premiers trains arriveront fin 2019", a ajouté le patron de la SNCF.

Des "trains à la queue leu leu" expliquent les retards

Guillaume Pépy a expliqué les nombreux retards actuels par la saturation de la ligne : "Il y a des trains de marchandises, qui vont à Rouen pour chercher des céréales, ou au Havre pour chercher des containers, il y a bien entendu les Intercités, il y a les TER... Les trains se suivent un peu à la queue leu leu." Un projet de deuxième itinéraire entre Serqueux (Seine-Maritime) et Gisors (Eure) est en cours, afin de faire passer les trains de marchandises.

Quant au projet LNPN (ligne nouvelle Paris-Normandie), Guillaume Pépy a assuré qu'il avançait "au rythme normal", tout en précisant que, "pour construire une ligne nouvelle, il faut cinq ans d'étude, cinq ans de concertation, et cinq ans de travaux."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.