TGV : des dessertes menacées par la SNCF ?

Le gouvernement s'interroge sur la nécessité de conserver les 230 arrêts de TGV qui existent en France. Une mission d'évaluation a été mise en place. Deux lignes TGV sur trois sont déficitaires, mais les élus et les usagers font pression.

FRANCE 3

De nombreuses grandes villes sont desservies par le TGV, mais les arrêts dans des communes plus petites posent question. Le TGV ferait-il parfois office de TER de luxe ? À bord d'un Paris-Quimper, l'ambiance est studieuse et beaucoup de voyageurs ont la même destination : Rennes. Arrivé à Rennes, le train se vide et poursuit sa route à une allure ralentie de moitié. Après, les arrêts dans les gares se multiplient : Redon, Vannes, Auray, Lorient, Rosporden, et Quimper.

Devenir plus concurrentiel

Le TGV ralenti par les arrêts est moins concurrentiel face à l'avion ou le covoiturage. Certaines dessertes pourraient donc être menacées par la SNCF. Jusqu'à aujourd'hui, la SNCF n'a jamais osé supprimer un arrêt de la ligne TGV Rennes-Quimper. Sur ce tronçon, un TGV ne gagne que quatorze minutes par rapport à un TER.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un train à quai, gare de l\'Est, à Paris, le 3 avril 2017. 
Un train à quai, gare de l'Est, à Paris, le 3 avril 2017.  (CHARLES PLATIAU / REUTERS)