SNCF : le rapport qui fâche

Jean-Cyril Spinetta a remis au gouvernement les conclusions de son rapport sans concession sur la SNCF, qui doit servir de point de départ à la grande réforme des transports en France. 

France 2

C'est un rapport explosif remis ce jeudi 15 février au matin au gouvernement. 43 propositions pour refonder intégralement la SNCF en vue de l'ouverture à la concurrence à partir de l'année prochaine. Première piste envisagée : réformer le statut des cheminots. Ils sont 130 000 à bénéficier d'un régime spécial de sécurité sociale et de retraite. Désormais, le rapport préconise que les nouveaux embauchés ne bénéficient plus de ce statut, comme à La Poste ou chez Orange. En revanche, il serait maintenu pour les actuels cheminots. Le rapport préconise aussi des suppressions de lignes. Il demande à la SNCF d'effectuer un état des lieux des lignes les moins fréquentées et qui coûtent trop cher. Seules les régions pourraient décider de financer ces lignes menacées.

Recouvrer une partie de la dette ?

Troisième axe de réflexion : changer le statut du groupe. Aujourd'hui, la SNCF est constituée de plusieurs établissements publics, des EPIC. Incompatible selon le rapport de l'ouverture à la concurrence. Un danger selon ce syndicaliste : "Changer le statut de la SNCF serait de nature à pouvoir dans un premier temps filialiser certaines parties de ses activités et a priori, dans un temps un peu plus lointain, de privatiser", analyse Roger Dillenseger, secrétaire général de l'UNSA. En contrepartie de ces efforts demandés au groupe, le rapport préconise que l'État reprenne une partie de la dette. Elle devrait atteindre les 50 milliards d'euros cette année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un rapport remis jeudi 15 février au gouvernement par l\'ancien patron d\'Air France, Jean-Cyril Spinetta, préconise de profondes réformes de la SNCF.
Un rapport remis jeudi 15 février au gouvernement par l'ancien patron d'Air France, Jean-Cyril Spinetta, préconise de profondes réformes de la SNCF. (LOIC VENANCE / AFP)