Qualité du transport ferroviaire : la FNAUT dénonce "une dégradation régulière et continue de la ponctualité des TGV

Selon un rapport annuel de l’Autorité de la qualité de service dans les transports révélé  vendredi par "Le Figaro", les retards et les annulations se sont multipliés l'an dernier à la SNCF. 

Des voyageurs attendent dans la gare de Toulouse-Matabiau.
Des voyageurs attendent dans la gare de Toulouse-Matabiau. (BÉNÉDICTE DUPONT / FRANCE-BLEU OCCITANIE)

Le président de la Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT) déplore des défaillances mais souligne la volonté de la SNCF de réinstaurer l'"heure à la minute". Bruno Gazeau réagissait vendredi 19 avril sur franceinfo au rapport annuel de l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) révélé par Le Figaro et selon lequel les retards et les annulations se sont multipliés l'an dernier à la SNCF.

Un train sur six est en retard

Dans son rapport, l’Autorité de la qualité de service dans les transports affirme que sur l'ensemble des trains, un train sur six est en retard. "Ce n'est pas une surprise, on l'a vécu au quotidien", estime Bruno Gazeau, qui pointe du doigt la grève perlée de l'an dernier et la panne à Montparnasse. Au-delà de ces problèmes, il dénonce "une dégradation régulière et continue de la ponctualité des TGV" qui s'explique notamment par le matériel. "Cela nécessite des efforts de maintenance préventifs très importants", souligne-t-il, tout en évoquant aussi "les accidents de personnes et d'animaux."

Toutefois, selon le président de la FNAUT, la SNCF essaie de réinstaurer, "l'exigence du départ à la minute", un peu "perdue des cheminots". Il souligne les progrès réalisés et les programmes mis en place ces dernières années par l'entreprise. "Elle mesure désormais la ponctualité des départs, parce que pour qu'un train arrive à l'heure, il faut qu'il parte à l'heure, et on commence à en percevoir les premiers effets." Selon Bruno Gazeau, le taux de ponctualité des départs au mois de mars s'est amélioré de 4% sur les TGV, par rapport à l'an dernier.

Une ponctualité encore plus aléatoire dans le Sud

Le rapport de l'AQST reconnaît également des disparités entre les territoires. "Cela a toujours été le cas", précise Bruno Gazeau. Les trains régionaux en Bretagne ont 5% de retard contre 13% dans le Sud-Est. "Historiquement, il y a toujours eu un meilleur fonctionnement des trains dans le Nord. Il y a un problème d'organisation, de manque de voies et de sillons qui rendent la circulation plus difficile dans le Sud".