Pyrénées-Atlantiques : un TER percute quatre personnes à Saint-Jean-de-Luz, trois morts et un blessé grave

Un TER a percuté quatre personnes à Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques, ce mardi 12 octobre. Les victimes étaient allongées sur les voies.

Article rédigé par
avec France Bleu Pays Basque - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques). (GOOGLE MAPS)

Un train TER reliant Hendaye à Bordeaux a percuté quatre personnes un peu avant 6 heures mardi 12 octobre à 500 mètres de la gare de Saint-Jean-de-Luz, sur la commune de Ciboure, dans les Pyrénées-Atlantiques, a rapporté France Bleu Pays Basque, confirmant une information de RTL. Un premier bilan fait état de trois morts et un blessé grave, qui a été médicalisé sur place et transporté à l'hôpital.

Selon le parquet de Bayonne à l'AFP, cette personne souffre d'une fracture à la jambe et les trois autres personnes décédées sont majeures mais leur identité n'a pas encore été déterminée.

Les victimes "présentes" sur les voies

Selon des sources concordantes à franceinfo, les victimes étaient a priori allongées sur les voies lorsque que le TER est arrivé. La SNCF fait état de personnes "présentes" sur les voies, sans pouvoir préciser si elles étaient allongées ou non sur les voies. Les circonstances de cet accident restent floues. La police judiciaire doit maintenant déterminer les circonstances des faits et déterminer s'il s'agit ou non d'un accident. Les secours n'étaient plus présents sur les lieux à 9 heures, selon France Bleu Pays Basque.

Selon la SNCF, les passagers du train n'ont pas été blessés. Ils ont été acheminés en taxis vers leurs destinations. Le TER Nouvelle Aquitaine précise également sur son compte Twitter que le trafic ferroviaire qui a été interrompu entre Hendaye et Bayonne est en train de reprendre progressivement. "Les trains devront néanmoins circuler prudemment près de Saint-Jean-de-Luz", indique-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.