Le gouvernement enclenche la réforme de la SNCF

Le gouvernement a décidé de passer la vitesse supérieure pour réformer la SNCF. La ministre des Transports a reçu les syndicats ce lundi pour évoquer l’avenir de l’entreprise.

Le processus est désormais enclenché. Après la publication du rapport Spinetta, la réforme de la SNCF est en marche. Les premières rencontres avec les syndicats ont eu lieu ce lundi, et tous veulent défendre le statut de cheminot. À leur sortie, ils se sont dits inquiets : "Toutes nos craintes sont confirmées. On est plutôt sur une logique de régression, et donc même si la ministre s’en défend, c’est une logique de casse du service public", a notamment affirmé Laurent Brun, secrétaire général CGT-Cheminots.

Une mobilisation ?

Toutes les organisations ont été reçues séparément par la ministre des Transports, Élisabeth Borne, une première concertation avant l’ouverture à la concurrence. Le gouvernement souhaite en effet effacer la dette de 50 milliards en échange de la suppression du statut de cheminot chez les futurs embauchés.
"Dire je vais troquer le statut contre l’effacement de la dette est pour nous quelque chose de pas admissible et même inadmissible", a déclaré Didier Aubert, secrétaire général CFDT-Cheminots. Autre sujet sensible : la suppression des petites lignes jugées non rentables, 9.000 km de voies qui accueillent moins de 20 trains par jour et coûteraient 1,7 milliard d’euros par an. Les syndicats ont rendez-vous jeudi pour évoquer une mobilisation le 22 mars.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, lors d\'une conférence de presse à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 27 février 2017.
Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, lors d'une conférence de presse à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 27 février 2017. (ERIC PIERMONT / AFP)