La SNCF supprime "prioritairement" les trains de manifestants, dénoncent les syndicats

Le trafic ferroviaire sera fortement perturbé jeudi 22 mars, journée de mobilisation sociale contre les réformes gouvernementales qui sera particulièrement suivie par les cheminots.

Dans un communiqué publié mercredi 21 mars, la fédération Sud rail de la région Provence-Alpes-Côte d\'Azur accuse la direction de la SNCF de \"supprimer prioritairement les trains devant acheminer les manifestants à Paris\".
Dans un communiqué publié mercredi 21 mars, la fédération Sud rail de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur accuse la direction de la SNCF de "supprimer prioritairement les trains devant acheminer les manifestants à Paris". (MAXPPP)

Pour les syndicats, la compagnie cherche à "affaiblir" leur mouvement. La Fédération CGT des cheminots et Sud-Rail accusent, mercredi la direction de la SNCF de supprimer "prioritairement" les trains devant acheminer les manifestants à Paris, où ils doivent protester contre le projet de réforme du système ferroviaire.

>>>Grève à la SNCF : 40% des TGV, 25% des Intercités et 50% des TER circuleront jeudi

Dans un communiqué, le syndicat Sud Rail de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur accuse la direction de la SNCF de "supprimer prioritairement les trains devant acheminer les manifestants à Paris" pour "affaiblir" une mobilisation qui, selon le syndicat, "s'annonce exceptionnelle".

"La direction n'a fait aucun effort"

"Nous avions donné des consignes pour limiter au maximum l'impact sur la circulation mais on a découvert hier soir que la direction n'avait fait aucun effort pour faire rouler les trains", a déclaré à Reuters le secrétaire fédéral de Sud-Rail, Eric Meyer.

D'après la Fédération CGT des cheminots, alors que sept conducteurs de TGV sur 160 se sont déclarés grévistes sur la ligne Lyon-Paris, la direction dégrade "volontairement" les conditions de transport, bloquant ainsi des milliers d'usagers. "Comment la direction justifie-t-elle, par exemple, que sur l’axe Lyon-Paris, alors que les ressources sont disponibles (...), elle fasse le choix de laisser les trains à quai ?" dit le communiqué. "Des éléments similaires nous remontent de toute la France."