Cet article date de plus d'un an.

L'été n'a finalement pas été catastrophique pour la SNCF

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
L'été n'a finalement pas été catastrophique pour la SNCF
France 2
Article rédigé par
J.Bigard, M.Damoy, F.Simoes, V.Christophe - France 2
France Télévisions

C'est bientôt la fin des vacances, et l'heure des comptes arrive pour la SNCF. L'entreprise a choisi de casser ses prix, un train rapportant mieux demeurant plus fructueux qu'un train qui tourne à vide. Au final, la mesure a plutôt bien fonctionné.

Si la gare Montparnasse ne peut être qualifiée de vide, c'est tout de même loin d'être la cohue des dernières années. "On s'attendait à pire que ça, on trouve ça calme en fait", résume un voyageur. En raison de la crise du Covid-19, le taux de remplissage des trains a baissé. Il est passé de 67% à l'été 2019, à 60% cet été. Une chute moins importante que redoutée, car la SNCF a bradé des millions de billets. En moyenne, leur prix a baissé de 10% cet été. "C'était nécessaire. Notre objectif c'était de faire revenir les gens dans les trains et ça marché", affirme Alain Krakovitch, directeur de voyages à la SNCF.

Vers des tarifs réduits à la rentrée ?

En duplex de la gare Montparnasse, la journaliste Maëva Damoy fait le point sur la situation de la SNCF. "Si on attend de l'afflux en ce week-end, avec 1 million de voyageurs dans les trains, l'année est et restera très difficile pour la SNCF", souligne-t-elle. Trois milliards d'euros de chiffre d'affaires ont été perdus, et il n'y eu qu'1% de voyageurs pendant le confinement. "La priorité absolue est de remplir les trains, notamment à la rentrée avec des cartes d'abonnement à prix réduits", indique Maëva Damoy. La SNCF veut également encourager les voyageurs d'affaires à revenir. Des tarifs réduits dédiés aux déplacements professionnels sont à l'étude pour une mise en place dès l'automne prochaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.