Un photographe blessé lors d'une manifestation porte plainte pour violences volontaires de la part d’un policier

Le jeune photographe indépendant a été entendu pendant trois heures à l'Inspection générale de la police nationale.

Tuff assure avoir été frappé à la tête et à la cuisse par au moins un CRS lors de la manifestation contre la réforme de la SNCF, mardi 3 avril à Paris.
Tuff assure avoir été frappé à la tête et à la cuisse par au moins un CRS lors de la manifestation contre la réforme de la SNCF, mardi 3 avril à Paris. (GRAINE / LAMEUTE)

"C'est important de montrer que ce genre d'actes ne passe pas." Jeudi 12 avril, un jeune photographe indépendant a déposé plainte pour "violences volontaires avec arme de la part d’un fonctionnaire de police". "Tuff" a été entendu pendant trois heures à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Il assure avoir reçu des coups sur le crâne et à la cuisse par au moins un CRS durant une manifestation contre la réforme de la SNCF à Paris, le mardi 3 avril.

"J'ai des séquelles mentales plus lourdes que ce que je pensais ; des peurs, des angoisses, des nausées quand je suis en manifestation. Dès que les gens courent, ce climat d'insécurité me pousse à partir", raconte-t-il à franceinfo. Tuff a aussi voulu porter plainte pour rendre audibles ces violences.

Trop de journalistes n'ont rien fait.Tuffà franceinfo

Traumatisme crânien, agrafes et hématome

Selon la préfecture de police de Paris, les forces de l'ordre sont intervenues, mardi 3 avril, "pour faire cesser les troubles" alors que "des dégradations de vitrines de magasins et de mobilier urbain" avaient lieu à hauteur "de la rue de Maubeuge et du boulevard de Rochechouart". Selon le récit du photographe, un CRS lui a alors donné un coup de matraque au crâne alors que les forces de l'ordre chargeaient les manifestants et un autre l'a "frappé à la cuisse".

Tuff a été soigné à l'hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement parisien. Le certificat établi à cette occasion, que franceinfo a pu consulter, constate un "traumatisme crânien" avec une "plaie de 7 cm" nécessitant la pose de "sept agrafes", ainsi qu'un "hématome à la cuisse droite". Un médecin lui a par ailleurs prescrit un arrêt de travail de quatre jours au lendemain de la manifestation.