Réforme des retraites : "Une grève déjà historique"

La grève contre la réforme des retraites a atteint un mois. Une mobilisation qui ne faiblit pas et qui pourrait déjà être historique. Ludivine Bantigny, spécialiste des mouvements sociaux et maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Rouen (Seine-Maritime), est l'invitée du 23h de franceinfo.

Depuis le début du conflit, ce qui interpelle, c'est la détermination des manifestants. La spécialiste des mouvements sociaux et maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Rouen (Seine-Maritime), Ludivine Bantigny, tente d'analyser ce mouvement sans précédent. "C'est une grève d'ores et déjà historique, d'abord par sa durée, elle a battu tous les records. Aussi par sa ténacité, par la solidarité qui se caractérise avec les caisses de grève par exemple", détaille Ludivine Bantigny.

Solidarité et popularité

Une solidarité caractéristique du mouvement. "Ce mot de solidarité est essentiel. Ce qu'a annoncé le gouvernement sur la date de 1975, ça n'a pas entamé la détermination des grévistes. Elle n'entend pas être la génération qui a sacrifié celle des suivants. On l'a vu avec l'Opéra de Paris. Lorsque le gouvernement a proposé qu'elle ne s'applique qu'en 2022, le communiqué des danseurs, techniciens et du chœur de l'Opéra a répondu 'non' de manière très ferme", analyse la maître de conférences. Une grève populaire aussi, 75% des interrogés rejettent tout ou partie de la réforme et d'autres professions devraient se joindre au mouvement dans les jours à venir. "La détermination ne faiblit pas et l'enjeu, c'est l'extension", termine Ludivine Bantigny.

Le JT
Les autres sujets du JT
Ludivine Bantigny
Ludivine Bantigny (FRANCEINFO)