"Les 4 Vérités" : "La grève, ce n'est jamais la solution", selon Élisabeth Borne, ministre des Transports

Invitée des "4 Vérités" vendredi 27 avril, Élisabeth Borne a appelé les syndicats de cheminots à privilégier le dialogue plutôt que la grève. La ministre des Transports a également assuré qu'il n'y aurait pas d'augmentation du prix des billets pour compenser la reprise de la dette par l'État.

"Je ne peux que déplorer ce mouvement de grève qui va être à nouveau très pénalisant pour les voyageurs et les clients du fret", a dénoncé Élisabeth Borne, ministre des Transports, invitée vendredi 27 avril de France 2 à la veille du sixième épisode de grève à la SNCF. "La grève, ce n'est jamais la solution. La bonne méthode c'est le dialogue. On rentre maintenant dans une deuxième étape. Le dialogue doit se tenir au niveau de la branche pour préparer une nouvelle convention collective, et au niveau de la SNCF pour préparer le nouveau projet d'entreprise".

Air France, l'autre dossier brûlant

Interrogée sur la reprise de la dette de la SNCF par l'État, Élisabeth Borne a confirmé qu'il n'y aurait ni augmentation d'impôts ni hausse du prix des billets en contrepartie. "On va réfléchir au sein du gouvernement aux économies qu'on peut faire", a expliqué la ministre qui a également annoncé des mesures d'indemnisation pour les abonnés TER touchés par la grève.

Élisabeth Borne s'est montrée aussi préoccupée par la situation à Air France. Depuis jeudi, les salariés sont appelés à se prononcer pour ou contre le plan de revalorisation salariale proposée par la direction. "Air France est dans une concurrence mondiale, a une moins bonne rentabilité que ses concurrents et a besoin d'argent pour renouveler ses avions. Il faut que les syndicats soient responsables et ne lancent pas un mouvement de grève alors que la consultation des salariés est en cours", a demandé la ministre.

La ministre des Transports Elisabeth Borne, le 17 avril 2018, à l\'Assemblée nationale.
La ministre des Transports Elisabeth Borne, le 17 avril 2018, à l'Assemblée nationale. (GERARD JULIEN / AFP)