Cet article date de plus de trois ans.

"Incessibilité" de la SNCF : "C'est ceinture et bretelles", se félicite Guillaume Pepy

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le PDG de la SNCF a approuvé mardi la proposition émise par la ministre des Transports d'inscrire le terme "incessibilité" du groupe dans le texte sur la réforme ferroviaire, lors de son examen au Sénat. 

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a annoncé mardi 15 mai sur France Inter qu'elle était prête à ajouter le terme "incessible" en vue de l'examen au Sénat de la loi sur la réforme ferroviaire. "C'est une bonne annonce", a aussitôt réagi sur franceinfo Guillaume Pepy, PDG de la SNCF. "On va faire ceinture et bretelles", a-t-il ajouté. 

La privatisation : "un fantasme"

Des syndicats de cheminots ont fait part de leur inquiétude quant à une cession des parts de l'entreprise et une possible privatisation. "La loi disait déjà que la SNCF est possédée à 100% par l'Etat. On va rajouter au Sénat qu'elle est en plus incessible à qui que ce soit, c'est à dire que les actions sont incessibles", a précisé le patron de la SNCF, qui ajoute que cela concerne "les trois sociétés" dont SNCF Mobilité et SNCF Réseau. "Je le dis parce que dans ce pays il y a un fantasme de la privatisation", a estimé Guillaume Pepy, qui considère que cette disposition aurait "peut-être" dû se trouver dans la loi avant. "La SNCF est 100% publique aujourd'hui, elle le restera", a conclu le PDG du groupe ferroviaire. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève à la SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.