Grève SNCF : les syndicats bientôt reçus à Matignon

En duplex depuis Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le journaliste David Boéri fait le point sur l'invitation adressée par Édouard Philippe aux syndicats, conviés à Matignon le 7 mai prochain.

France 3

Alors que les négociations avec le gouvernement étaient au point mort, le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé ce mardi 24 avril qu'il recevrait les syndicats le 7 mai. Peut-on parler d'un revirement ? "Oui, effectivement, c'est un revirement, puisque jusque là, Édouard Philippe avait refusé de recevoir les syndicats de cheminots. Il les renvoyait systématiquement sur des réunions de simples concertations avec la ministre des Transports, Élisabeth Borne", explique le journaliste David Boéri depuis Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), où est réunie l'intersyndicale.

Une invitation en trompe-l'œil

"L'intersyndicale réunie ici parle bien ce soir d'un premier recul du gouvernement. Mais dans sa lettre, le Premier ministre explique qu'il n'a pas changé de ligne. Son invitation le 7 mai prochain à Matignon concerne trois sujets, qui en fait, ne sont pas dans la loi : l'organisation du travail à la SNCF, la convention collective, autrement dit les règles sociales dans le transport ferroviaire et la délicate question de la dette de la SNCF. Autrement dit, aucune concession possible sur la fin du statut de cheminot, un thème qui continue de mobiliser l'intersyndicale. Sur la forme, la porte est donc à nouveau ouverte à la négociation, mais sur le fond subsiste toujours le même désaccord", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TGV à la gare Saint-Charles, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 22 avril 2018.
Un TGV à la gare Saint-Charles, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 22 avril 2018. (MAXPPP)