Grève du 31 décembre à la SNCF : un TGV sur deux et un Transilien sur quatre en moyenne pour le dernier jour de l'année

Le trafic SNCF restera pertubé mardi par la grève illimitée contre la réforme des retraites.

Un TGV et un train TER en gare de Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 29 décembre 2019.
Un TGV et un train TER en gare de Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 29 décembre 2019. (MAXPPP)

Saint-Sylvestre ou pas, la grève contre la réforme des retraites continuera à perturber fortement le trafic sur les rails, mardi 31 décembre. La SNCF a dévoilé, lundi 30 décembre, son plan de transport concernant le trafic pour le dernier jour de l'année 2019. Voici le détail de ces prévisions, réseau par réseau.

• Pour les TGV : un train sur deux en moyenne

• Pour les Intercités : un train sur cinq

• Pour les Transilien : un train sur quatre en moyenne

• Pour les TER : cinq circulations sur dix en moyenne (par train ou autocar)

• Pour l'international : trafic quasi normal pour l'Eurostar, deux trains sur trois pour le Thalys, un train sur trois pour les liaisons vers la Suisse et l'Italie, un train sur deux vers l'Allemagne et l'Espagne.

Dès vendredi, la compagnie ferroviaire avait annoncé qu'elle prévoyait de faire circuler "entre 45% et 50%" des TGV en moyenne lundi et mardi, 35% le 1er janvier et 50% le 2 janvier, et que "tous les trains qui sont réservables jusqu'au 2 janvier sont garantis".

Lundi, au 26e jour consécutif du mouvement, 32,5% des conducteurs de train, 18,1% des contrôleurs et 9,3% des aiguilleurs étaient en grève, selon un comptage de la direction. Des taux en recul par rapport à vendredi, où 8,5% des cheminots, 38,8% des conducteurs, 22,3% des contrôleurs et 11,2% des aiguilleurs étaient grévistes.

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Transport. Des trains roulent-ils à moitié vides en pleine période de grève ?

• Trafic. Grève contre la réforme des retraites : pourquoi l'amélioration dans les transports en Ile-de-France ne devrait pas durer

• Carte. Quelles sont les stations-service qui rencontrent des difficultés d'approvisionnement en carburants ?

• Interview. Un économiste explique pourquoi il appelle à soutenir financièrement les grévistes