Grève dans les transports : trafic toujours très perturbé

La situation est compliquée en Île-de-France, ainsi que dans d’autres régions, lundi 16 décembre. Selon la SNCF, le taux de grévistes est en baisse (11,2%), mais 61% des conducteurs sont en grève. Les précisions de la journaliste Sylvie Cozzolino, en duplex depuis la gare de Lyon-Part-Dieu (Rhône).

france 3

Aucune amélioration du trafic n'est attendue, lundi 16 décembre, au 12e jour de grève consécutif contre la réforme des retraites. "La situation est toujours très tendue en Auvergne-Rhône-Alpes au 12e jour de grève. Lundi, il n'y a qu’un TER sur quatre et un TGV sur trois. C'est à peu près le même cadencement que depuis le début du conflit. Dix allers-retours seulement entre Lyon (Rhône) et Paris et à peine deux entre Lyon et Marseille (Bouches-du-Rhône), par exemple, ou Lyon et Montpellier (Hérault)", indique la journaliste Sylvie Cozzolino, en duplex depuis la gare SNCF de Lyon-Part-Dieu.

>> Grève du 16 décembre : suivez la situation en direct

Inquiétude en Rhône-Alpes à l'approche des vacances

"La SNCF a affrété 620 bus de substitution. C'est le même volume que l'an passé au moment du grand conflit des cheminots. Les prévisions sont très mauvaises pour mardi. La SNCF demande aux voyageurs de ne pas se rendre en gare pour des raisons de sécurité, mais de privilégier le covoiturage. Nous sommes à quelques jours des vacances scolaires et Rhône-Alpes est un axe ferroviaire majeur vers les stations de ski alpines. De quoi inquiéter les voyageurs, même si un certain nombre d'entre eux a pris ses dispositions. En cas de sortie de crise, la SNCF aurait besoin de plusieurs jours pour que le trafic revienne à la normale", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
(PIERRE VERDY / AFP)