Grève contre la réforme des retraites : le mouvement s’essouffle-t-il ?

Le taux de grévistes à la SNCF est tombé à 7,1% lundi 30 décembre, au 26e jour de mobilisation. Le mouvement est-il en train de s'essouffler ?

France 2

Après douze jours de grève, avec deux enfants à charge, un conducteur de bus RATP n'a plus les moyens de faire grève. La mobilisation est-elle en train de s'essouffler ? À Caen (Calvados), certains cheminots commencent à douter. "Aujourd'hui je n'ai pas la sensation que ça va prendre", admet David Cardin, cheminot. Pour d'autres, pas question de laisser tomber après 26 jours de combat. En ces périodes de fêtes, beaucoup alternent entre congés et grève.

10 000 euros récoltés à Caen

Les dons d'argent permettent aussi de maintenir la mobilisation. "C'est surtout un soutien psychologique, parce que ça ne comblera jamais la perte financière qu'il y aura", estime un cheminot gréviste. À Caen, le syndicat SUD-Rail a déjà récolté 10 000 euros. Pour le mois de janvier, les salariés mobilisés s'attendent à perdre entre 50 et 80% de leur salaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 26 décembre 2019. 
Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 26 décembre 2019.  (ESTELLE RUIZ / NURPHOTO / AFP)