"Droit de retrait" à la SNCF : le chef des cuisines de l'Elysée qualifie les cheminots de "feignants"

Dans un tweet, Guillaume Gomez souhaite aux cheminots de se "casser le petit orteil".

Guillaume Gomez, au palais de l\'Elysée, le 30 avril 2019.
Guillaume Gomez, au palais de l'Elysée, le 30 avril 2019. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Le chef des cuisines de l'Elysée, Guillaume Gomez, a qualifié les cheminots qui ont cessé le travail depuis vendredi 18 octobre de "feignants" qui prennent "en otage" les usagers.

"Plus de train.. merci @SNCF @GroupeSNCF @ouisncf @ouigoSNCF @SNCFReseau même plus de colère tellement vous nous habituez à être pris en otage par les feignants! Je vous souhaite quand même de vous casser le petit orteil", écrit le chef sur son compte Twitter. Le tweet a été supprimé quelques dizaines de minutes plus tard.

Le tweet de Guillaume Gomez, publié sur Twitter le 20 octobre.
Le tweet de Guillaume Gomez, publié sur Twitter le 20 octobre. (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Des conducteurs et contrôleurs de la SNCF font valoir leur droit de retrait depuis vendredi 18 octobre après un accident ayant fait mercredi plusieurs blessés, dont un conducteur de train, en région Champagne-Ardenne. Il s'agit d'une collision entre un TER et un convoi exceptionnel à un passage à niveau.

Samedi 19 octobre, le Premier ministre Edouard Philippe a lui dénoncé un "détournement" du droit de retrait.