Gare Montparnasse : "Les travaux des LGV à l'origine de la panne", déclare le patron de la SNCF

Dans un entretien à Ouest France, Guillaume Pepy exprime ses "plus sincères regrets" après la panne de signalisation qui perturbe le trafic au départ et à l'arrivée de la gare Montparnasse, à Paris, depuis dimanche.

Le patron de la SNCF Guillaume Pepy à Rennes (Ile-et-Vilaine), le 1er juillet 2017.
Le patron de la SNCF Guillaume Pepy à Rennes (Ile-et-Vilaine), le 1er juillet 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

"La situation reviendra à la normale dès la première heure demain [mercredi 2 août]". Dans un entretien au quotidien Ouest-France, mardi 1er août, le président de la SNCF est revenu sur les causes de la panne de signalisation qui perturbe le trafic de la gare Montparnasse depuis dimanche.

>> Trafic à la gare Montparnasse : suivez notre direct

Il a assuré que la maintenance "n'était pas en cause" mais que l'incident trouvait sa source dans un poste de commande de l'aiguillage situé à Vanves, au sud de Paris. "Un défaut d'isolement a été repéré sur l'installation. La maintenance de l'installation n'est pas mise en cause." 

"Trois TGV sur quatre circulent"

Les travaux d'extension de cet équipement dans le cadre de la mise en service de nouvelles lignes à grande vitesse vers Rennes et Bordeaux serait à l'origine de la panne. "Dès son identification, après vérification de milliers de câbles un à un, nous avons pu la réparer", précise Guillaume Pepy.

"Quelque 55 000 clients ont été touchés. Je tiens à leur exprimer mes plus sincères regrets." L'incident est désormais "réglé" et "la situation reviendra à la normale dès la première heure" mercredi, ajoute le président de la SNCF, qui précise que trois TGV sur quatre ont circulé ce mardi.

Il promet que le rapport commandé par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, serait "accessible à tous (...) vendredi" sur le site internet de la compagnie ferroviaire. Ce document comprendra "certaines recommandations, qui pourraient aller dans le sens de ce que propose le gouvernement", ajoute-t-il.