Réforme de la SNCF : les syndicats prendront position sur une éventuelle grève le 15 mars

Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF se sont réunis, mardi après-midi, pour décider d'une riposte unitaire après les annonces du Premier ministre sur l'avenir de la compagnie ferroviaire.

Un cheminot en grève, à Donges (Loire-Atlantique), le 25 mai 2016.
Un cheminot en grève, à Donges (Loire-Atlantique), le 25 mai 2016. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les syndicats maintiennent la pression sur le gouvernement. Au lendemain de la présentation du Premier ministre des grands axes pour réformer la SNCF, les organisations syndicales représentatives du groupe annoncent qu'elles décideront le 15 mars d'une éventuelle grève, mardi 27 février. Cette décision dépendra des premières réunions de concertation avec le gouvernement, a annoncé Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-cheminots. "Si le 15, nous constatons que le gouvernement est dans la logique d'un passage en force alors il y aura grève à la SNCF", a-t-il poursuivi. Suivez la situation dans notre direct.

"J'ai proposé aux organisations syndicales qu'on se rencontre dès jeudi." La ministre des Transports l'a déclaré, mardi, sur BFMTV. "Je ne me situe pas dans une logique de conflictualité, de guerre, de bras de fer", a assuré Edouard Philippe, mardi soir, sur le plateau du journal de 20 heures de France 2. Le Premier ministre a assuré ne pas vouloir "passer en force". Il a dit souhaiter apporter une "solution durable à l'avenir du système ferroviaire, qui va mal".

La CGT prête à faire durer la grève. "Pour faire plier le gouvernement, il va sans doute falloir un mois de grève", a estimé Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, syndicat majoritaire de la SNCF. "On a la négociation comme ADN, mais le Premier ministre nous a écrit la fin de l'histoire", a regretté Didier Aubert, de la CFDT, sur LCI. De son côté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a évoqué une "attaque gravissime" du gouvernement et a promis une "réponse appropriée".

 69% des Français pour la fin du statut de cheminot. C'est ce que montre une étude Harris Interactive pour RMC et Atlantico publiée mardi. D'après cette enquête d'opinion, 54% des Français se montrent favorables au recours aux ordonnances pour faire adopter cette réforme, comme le veut le gouvernement, alors que 46% y sont opposés.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SNCF

23h00 : Quels articles ne fallait-il pas rater sur franceinfo aujourd'hui ?

• Connaissez-vous le vrai train de vie des cheminots ? Faites notre test pour le vérifier.

L'Europe grelotte sous un froid sibérien depuis ce week-end. De Rome à Annecy, découvrez ce phénomène glacial en images.

Huit activistes antinucléaire ont été condamnés à des peines allant de 5 mois avec sursis à deux mois ferme pour s'être introduits sur le site de Cattenom. Carole Bélingard a rencontré certains d'entre eux avant le procès, pour comprendre ce qui les pousse à prendre de tels risques.

22h14 : Edouard Philippe a déclaré hier qu'il était urgent de réformer la SNCF à cause de sa dette. Combien coûte-t-elle à chaque contribuable ? Réponse avec le journaliste de France 2 Jean-Paul Chapel.

(FRANCE 2)

20h44 : Ces chiffres devraient donner du grain à moudre aux syndicats. La SNCF a publié de "bons résultats" pour 2017, avec un bénéfice net multiplié par 2,3, et atteignant 1,33 milliard d'euros. Elle affiche également une forte hausse de la fréquentation, décrite par ses dirigeants comme "un rebond du train".

19h06 : Les syndicats de la SNCF se reverront le 15 mars pour décider d'une éventuelle grève, annonce la CGT-Cheminots. D'ici cette date, il n'y aura pas de grève unitaire.

19h02 : La CGT annonce que les syndicats de cheminots décideront le 15 mars d'une éventuelle grève.

19h02 : Le gouvernement a présenté hier sa réforme du rail, provoquant la colère des syndicats qui promettent une grève très importante. Le point de non-retour entre la CGT et l'exécutif est-il atteint ? J'ai posé la question à Patrice Salini, économiste et spécialiste des transports.

Un TER s\'arrête à Villefranche-de-Lauragais (Haute-Garonne), le 27 février 2018. (ERIC CABANIS / AFP)

17h53 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à vous interroger sur le fameux statut des cheminots. Mais de quoi s'agit-il exactement ? D'où vient-il, ce qu'il prévoit... Ma collègue Juliette Campion vous a tout détaillé ici.



(PHILIPPE HUGUEN / AFP)



16h36 : Une grève reconductible à partir de mi-mars, voire un mois entier de grève ? Ce n'est pas la première fois. Pendant l'hiver 1986-1987, la SNCF a connu l'un des conflits sociaux les plus longs de son histoire. La France s'est alors retrouvée paralysée pendant les fêtes de fin d'année. Voici les images de l'époque.




(FRANCE INFO)

12h42 : Bonjour @anonyme, vous trouverez toutes les réponses dans cet article de ma collègue Marie-Violette Bernard.

12h40 : Bonjour ou peut on trouver toutes les spécificités du statut de cheminot ? Merci

12h32 : Malaise hier sur le plateau de LCI. Invité à réagir aux menaces de grève à la SNCF, le journaliste François de Closets a parlé de "prise d'otage". Un syndicaliste de SUD Rail lui a alors répondu directement. "N'employez jamais le mot de preneur d'otage. Vous ne savez pas ce que c'est. Moi, j'ai été pris en otage pendant une heure et demie, je peux vous garantir que ça n'a rien à voir avec [le fait] d'être bondé dans une voiture de voyageurs quand il y a une grève". Vous pouvez revoir la séquence ici.

11h50 : @anonyme : Voici la réponse à votre question, tirée de l'article de ma collègue Marie-Violette Bernard sur le statut des cheminots : "La "prime charbon" n'existe plus depuis 1970."

11h50 : Est il vrai que les cheminots bénéficient toujours de la taxe charbon alors que nous n’avons plus de locomotives à vapeur?

10h44 : Connaissez-vous vraiment le train de vie des cheminots ? Pour vous aider à vous faire une idée, nous vous proposons de participer à notre quiz "info/intox" sur le sujet.

10h39 : Le PS dans la rue avec les cheminots ? Sur Sud Radio, le chef de file des députés socialistes, Olivier Faure, affirme qu'il ira "probablement" manifester contre la réforme de la SNCF. Il demande au gouvernement "d'ouvrir une négociation sans ultimatum".

09h51 : @Louis : Bonjour. Sachez que si vous souhaitez annuler votre voyage en cas de grève, "vous pouvez obtenir le remboursement sans frais de votre billet", comme l'explique le site Oui.sncf.

09h51 : Bonjour Yann ! Est-ce que la SNCF rembourse les billets en cas de grève ?

09h46 : Sur franceinfo, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a, lui, refusé d'accabler le patron de la SNCF, Guillaume Pépy. "Les responsabilités sont partagées", a-t-il affirmé, disant ne pas vouloir "tomber dans cette facilité" de "désigner une personne à la vindicte".

09h41 : "Il faut d'abord virer Pépy, cela fait 14 ans qu'il est à la tête de la SNCF et, le moins qu'on puisse dire, c'est que les résultats de ce monsieur sont absolument épouvantables."

Sur France Inter, la patronne du FN se dit "pas du tout" rassurée par la réforme ferroviaire dévoilée par le gouvernement.




08h48 : Alors que l'intersyndicale de la SNCF se réunit en fin de journée, la ministre des Transports affirme avoir proposé "deux mois de concertation". "Commençons par discuter", lance-t-elle, sur BFMTV.

08h41 : "J'ai proposé aux organisations syndicales qu'on se rencontre dès jeudi."

Sur BFMTV, la ministre des Transports affirme qu'"il y a urgence à agir" mais qu'elle fera "place à la concertation".

08h16 : "Il faut une réforme, nous la demandons depuis des années, mais pas celle-là."

Sur RMC, le patron de la CGT estime qu'il y a "urgence" à répondre à "l'attaque gravissime portée contre les cheminots et les usagers". Il laisse toutefois aux cheminots le soin de décider de la forme du mouvement de contestation.

08h13 : Estimant que "les cheminots ont été humiliés" par Edouard Philippe hier, le secrétaire général de la CFDT Cheminots, Didier Aubert, appelle, sur LCI, à une "riposte" syndicale "à la hauteur de la rapidité du gouvernement".

07h56 : Sur RTL, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, assure également que la question de la dette "n'est pas un préalable" à la réforme. Endettée à hauteur de "50 milliards d'euros", l'entreprise produit "2 à 3 milliards" de dette par an, d'où la nécessité, selon lui, de réformer en profondeur la SNCF en priorité.

07h51 : "Une fois qu'on aura fait la transformation de la SNCF, une fois qu'on aura permis à la SNCF de renouer avec les bénéfices, nous pourrons envisager de reprendre la dette de la SNCF."


Invité des "4 Vérités" sur France 2, Bruno Le Maire refuse de préciser à quelle hauteur l'Etat reprendra la dette de l'entreprise ferroviaire. "A 100% ?", lui demande Guillaume Daret. "Nous verrons", répond le ministre.

07h20 : Autre dominante en couverture de vos journaux : la réforme ferroviaire en partie présentée hier par le gouvernement. L'expression "réforme à grande vitesse" revient en boucle.





06h53 : Selon un sondage Harris interactive pour RMC et Atlantico, 69% des Français sont favorables à la fin du statut de cheminot. Ils sont également 54% à se déclarer pour le recours aux ordonnances pour faire adopter la réforme du rail.

06h47 : "L'heure est au rassemblement et surtout pas à la division."


Sur franceinfo, ce responsable de FO dit souhaiter une "véritable unité syndicale" alors que l'intersyndicale de la SNCF doit se réunir cet après-midi. Son syndicat "ne s'interdit pas une grève dure s'il le faut", assure-t-il.