Des buralistes de cinq régions vendront dès la fin juillet des billets de train

Les buralistes de cinq régions expérimenteront dès la fin du mois de juillet la vente de billets de TER ou de TGV qui sortiront sous forme de ticket de caisse avec un QR code.

Bureau de tabac (illustration).
Bureau de tabac (illustration). (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Bientôt des billets de trains disponibles dans les bureaux de tabac : dès la fin du mois de juillet, des buralistes de cinq régions de France (Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est, Normandie, Pays-de-la-Loire et Provence-Alpes-Côte d'Azur) pourront vendre des billets de trains TER et de TGV aux clients.

La SNCF a officiellement signé lundi 8 juillet un protocole de partenariat avec la confédération des buralistes. Des agents de l'entreprise ferroviaire formeront les buralistes volontaires, qui toucheront une part de rémunération fixe et une autre variable, en fonction du nombre de billets vendus. Mais les buralistes ne prendront pas en charge les échanges et remboursements.

Un QR code sur un ticket de carte bleue

À quoi ressemblera le dispositif chez le buraliste ? Le vendeur aura une tablette, une petite imprimante et, au final, une sorte de facturette de carte bleue sur laquelle sont inscrits les nom et prénom du passager. Sur ce ticket figurera un QR code que le contrôleur n’aura plus qu’à scanner à bord du TER ou du TGV.

L’idée de la SNCF : rendre le système le plus simple possible."Ce sont les mêmes technologies que l’assistant SNCF, explique Eric Steil, directeur marketing TER à la SNCF. Vous rentrez votre gare de départ, votre gare d’arrivée, vous sélectionnez une date, vous regardez si le client a une carte, et puis l’appareil va rechercher les tarifs les plus intéressant."

Dans mon établissement, dans les Pyrénées-Atlantiques, certains clients sont venus me demander quand est-ce qu’on allait vendre des tickets, car je suis en face d’une gare.Philippe Coy, président de la confédération des buralistesà franceinfo

S’il n’y a aucun objectif sur le nombre de buralistes qui pourraient s’équiper, la demande est déjà là à en croire Philippe Coy, le président de la confédération des buralistes : "Cela demande un peu d’expérimentation, et on déploiera dès 2020 en fonction du calendrier que l’on se fixera." En attendant, le premier test sera mis en place dès la fin juillet dans ces cinq régions, et sans doute une centaine de bureaux de tabac.

Reportage de Raphaël Ebenstein
--'--
--'--