Les pickpockets à l'affût des touristes dans les trains de Côte d'Azur : "Elles se fondent dans la masse et interviennent à deux ou trois"

Les pickpockets, le plus souvent des adolescentes, profitent des nombreux touristes venus remplir les trains de la Côte d'Azur pour faire leur marché. La SNCF et la police tentent d'endiguer le phénomène.

La SNCF a renforcé ses équipes dans les trains et sur les quais de gare, notamment pendant l\'été.
La SNCF a renforcé ses équipes dans les trains et sur les quais de gare, notamment pendant l'été. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

Le temps des vacances estivales venu, les gares de la Côte d'Azur se sont noircies d'une foule de touristes. Les uns sont là pour visiter le littoral, d'autres pour simplement profiter de la plage. Tapis dans l'ombre de leur insouciance, les pickpockets, eux ne chôment pas, et ont élu gares et train comme leur terrain de jeu préféré.

Les étrangers, des cibles faciles

Direction Vintimille pour savoir comment opèrent les pickpockets : le meilleur moment pour passer à l'action est l'instant où les portes du train s'ouvrent et que les voyageurs se pressent pour monter dans le train. En deux temps trois mouvements, Aminata et Jean Marc sortent leur portable pour filmer : sur le quai, une jeune fille vient de se faire prendre en flagrant délit de vol. 

"On les voit passer dans le train, regarder à droite à gauche, explique Sophie, une habituée de la ligne, agacée par l'impunité dans laquelle les pickpocket opèrent. Ils s'en prennent souvent aux étrangers, ce sont de bonnes proies : ils ont souvent beaucoup de liquide et font moins attention."

Les équipes renforcées dans les trains

Petit à petit, les habitués du TER ont changé leurs habitudes : moins tête en l'air et toujours très proche de leurs affaires. "Moi je tiens mon sac sur moi et je reste vigilante. Il faut être responsable de ses affaires", affirme Pascaline. La SNCF, elle, a renforcé ses équipes dans les trains et sur les quais de gare, notamment pendant l'été. "Nous renforçons les tournées et les accompagnements des trains par les équipes de sûreté ferroviaire, par les forces de police. En tenue, mais aussi en civil et armés", détaille Chantal Vautier, la directrice de la sûreté ferroviaire de la région.

Temps de réaction trop long, caméras inefficaces

La SNCF installe aussi des caméras de vidéo protection et diffuse des annonces dans les gares mais pour Mickael Albin, contrôleur à la SNCF et délégué CGT, il est très difficile de les repérer. "Elles se fondent dans la masse et interviennent à deux ou trois. L'une pique et l'autre transmet puis elles disparaissent", explique-t-il.

Les contrôleurs connaissent la plupart des jeunes filles qui commettent ces vols mais le temps de réaction des forces de l'ordre est souvent trop long, selon lui : "Quand vous téléphonez pour un signalement, ils vous envoient à Paris. A Paris, ils vous envoient à Marseille. Et à Marseille, pour une potentielle intervention, ils vous renvoient en local..." Impossible cependant d'avoir des chiffres concernant le nombre de dépôts de plaintes liés à des vols dans les trains : ni la SNCF, ni la police ne communique sur le sujet.

Dans les trains de Côte d'Azur, les pickpockets à l'affût des touristes
--'--
--'--