Collision à Millas : un an après, des doutes persistent

Un an après la collision entre un car scolaire et un train, à Millas dans les Pyrénées-Orientales, le scénario exact de l'accident n'a pas été déterminé.

FRANCE 3

Difficile d'imaginer lorsque l'on voit le passage à niveau de Millas, dans les Pyrénées-Orientales, qu'il a été le théâtre d'un drame le 14 décembre 2017. Durant la collision mortelle entre un car scolaire et un train, les barrières étaient-elles levées ou baissées ? Sur ce point, de nombreux témoignages divergent. Pour Me Jehanne Collard, avocate des trois familles de victimes, les expertises accablent la conductrice : "Les experts disent que la conductrice du car a poussé la barrière", indique l'avocate.

Des somnifères en cause ?

Côté défense, Me Jean Codognès évoque un dysfonctionnement important dans le matériel de la SNCF. L'enquête a notamment révélé que la conductrice du car prenait des somnifères. Dans la locomotive, il y avait un conducteur et sa stagiaire, mais qui était aux commandes au moment de l'accident ? Une reconstitution aura lieu en mai prochain ; elle devrait permettre aux experts d'en savoir davantage sur ce drame.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux témoins, qui se trouvaient en voiture de l\'autre côté du passage à niveau, ont affirmé aux gendarmes que les barrières étaient fermées au moment de la collision et que la conductrice du car avait forcé le passage.
Deux témoins, qui se trouvaient en voiture de l'autre côté du passage à niveau, ont affirmé aux gendarmes que les barrières étaient fermées au moment de la collision et que la conductrice du car avait forcé le passage. (RAYMOND ROIG / AFP)