Bruit : les dégâts de la ligne de TGV Paris-Rennes

Dans la Sarthe, la ligne grande vitesse Paris-Rennes ouverte en septembre a transformé le quotidien de 8 000 habitants en enfer. Parfois, les rails ont été posés à 70 mètres des maisons. Extrait du "Complément d'enquête" diffusé jeudi 29 mars.

France 2

Toutes les 15 minutes, cette famille qui habite dans la Sarthe entend l'équivalent du bruit d'une tronçonneuse ou d'un avion de chasse. Ils ont acheté leur maison il y a huit ans. À l'époque, ils entendent parler d'un projet de TGV dans un rayon de quatre kilomètres. Mais la petite tribu ne s'attendait visiblement pas à cela. Lorsqu'elle dîne, elle entend passer au moins quatre trains.

Le TGV traverse 57 villages, 80 fois par jour

Dans un reportage diffusé ce jeudi 29 mars dans l'émission "Complément d'enquête", le journaliste Thomas Lelong revient sur les dégâts occasionnés par la nouvelle ligne Paris-Rennes. Le TGV y traverse 57 villages, 80 fois par jour, à 300 kilomètres/heure. En passant parfois au milieu des jardins, à 70 mètres des maisons ! Acouphènes, dépressions, murs fissurés, immobilier en chute libre, ce petit coin de France est devenu invivable pour ses habitants qui, en plus, doivent chaque matin se rendre à leur travail dans des TER bondés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Complément d\'enquête. \"Quarante et un ans de vie foutus en l\'air\" : la retraite à 70 mètres du TGV
Complément d'enquête. "Quarante et un ans de vie foutus en l'air" : la retraite à 70 mètres du TGV (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)