Bordeaux : les Parisiens font flamber l'immobilier

Depuis un an, la ligne à grande vitesse a mis Bordeaux (Gironde) à deux heures seulement de la capitale ; de nombreux Parisiens en ont profité pour aller s'y installer. La métropole du Sud-Ouest était-elle préparée à un tel débarquement ?

FRANCE 2

La LGV entre Paris et Bordeaux a transporté 5,5 millions de passagers depuis juillet 2017, c'est 50% de voyageurs en plus qu'un an auparavant. Parmi les voyageurs, beaucoup de professionnels. La LGV attire les entreprises : en un an, 70 sociétés se sont installées, créant 2 000 emplois. Dans les environs de la gare, le nouveau quartier d'affaires sort de terre. "On a un certain nombre d'entreprises qui sont venues s'installer, et par ailleurs aussi, celles et ceux qui maintiennent un lien professionnel avec l'Ile-de-France, mais qui viennent résider à Bordeaux", explique Nicolas Florian, adjoint au maire de Bordeaux (Gironde). 

+12% à 16% dans l'ancien

Des Parisiens séduits par Bordeaux et des prix de l'immobilier qui ont flambé en 2017 : l'ancien a progressé de 12% pour les appartements, 16% pour les maisons. "Ce que je crains, confie une bordelaise, c'est que Bordeaux devienne une ville de retraités et de rentiers. Pour les gens qui travaillent, qui ont besoin de se loger dans Bordeaux, ça devient très compliqué." La situation est de plus en plus tendue : chez cet agent immobilier, la plupart des annonces en vitrine ont déjà trouvé preneur : "On a une pénurie de l'offre de logements à la location", concède Pascal Broustet, et après, en vente, il est très difficile de trouver des biens abordables dans Bordeaux centre. Enfin, si Bordeaux est à 2h04 de Paris en TGV, les banlieusards bordelais, de plus en plus nombreux, passent de plus en plus de temps dans les embouteillages.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le miroir d\'eau à Bordeaux (Gironde).
Le miroir d'eau à Bordeaux (Gironde). (MICHAEL PORTILLO / ONLY FRANCE / AFP)