Cet article date de plus de six ans.

SNCF : un plan contre la fraude

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

La compagnie a mis en place plusieurs mesures drastiques pour limiter les pertes liées aux fraudes qui coûteraient près de 300 millions d'euros à la société.

La SNCF a décidé de lutter contre la fraude qui lui fait perdre chaque année près de 300 millions d'euros. Ainsi, la société de transport ferroviaire a décidé d'augmenter sensiblement le prix des amendes à partir du 2 mars. Elles passeront de 35 à 50 euros pour les trajets courts, et à 50 euros plus le prix du billet au-delà de 150 kilomètres. Si l'amende est payée avec deux mois de retard, elle coutera au fraudeur 375 euros plus le prix du billet.

Des portiques

"J'ai déjà fraudé, si l'amende double, je ne le ferai plus", lâche un voyageur. "Ça ne me dissuadera pas", poursuit une autre. Parmi les autres dispositions prises par l'entreprise : le contrôle des billets sur les quais ou l'installation de portiques à l'entrée des voies comme dans le métro parisien.

"La SNCF est une entreprise publique, ce n'est pas une entreprise gratuite", affirme Maud Bailly, directrice des trains. L'année dernière, les contrôleurs de la compagnie de transport ferroviaire ont dressé 2,5 millions et demi de PV. Seuls 10 % d'entre eux ont été recouvrés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.