Cet article date de plus de sept ans.

SNCF : Pepy veut un billet sur trois à moins de 30 euros

Le patron de la SNCF espère arriver à cet objectif d'ici trois à cinq ans.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, le 8 octobre 2013, à La Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (PATRICK KOVARIK / AFP)

Un billet sur trois à moins de 30 euros "d'ici trois à cinq ans".  Sur BFMTV, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a annoncé, vendredi 20 décembre, son intention de proposer largement des tarifs à la baisse : "L'objectif, c'est d'avoir en gros un billet sur trois qui soit à tout petit prix, c'est-à-dire à moins de 30 euros".

"Il nous faut trois à cinq ans" pour atteindre ce nombre de sièges à bas prix, a-t-il estimé, évoquant l'horizon 2017. Dans un avenir beaucoup plus proche, "à partir du 7 janvier 2014", la SNCF, qui cherche à augmenter la fréquentation de ses trains, "va vendre 500 000 billets TGV de plus à partir de 29 euros".

BFM TV

Des grands travaux

Cette stratégie implique une baisse des coûts. Le président de la SNCF prévient qu'il va "remettre une partie des effectifs sur le terrain", ce qui représente "un plan d'efficacité de 700 millions d'euros en trois ans". Par ailleurs, les effectifs ont baissé de 10% cette année "dans les services du siège".

Par ailleurs, en 2014, le président de la SNCF annonce "des travaux comme jamais" sur le réseau ferroviaire. "On va changer les rails pour 1 700 km, soit 3 fois plus qu'il y a dix ans", et "en Ile-de-France, on va changer des aiguillages, deux fois plus qu'il y a deux ans". Enfin, "l'été prochain, on va fermer le RER C sans doute quatre à six semaines". Ces travaux sont "absolument indispensables" car "je veux que d'ici 2 à 3 ans, le réseau des trains classiques soit au même niveau de qualité que celui du TGV", a souligné le patron.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.