Cet article date de plus de sept ans.

Sécurité routière : "les bonnes idées des Français"

L'association 40 millions d'automobilistes a recensé les "bonnes idées des Français" en matière de sécurité routière et a remis lundi un livret aux pouvoirs publics sur la question. L'association espère que certaines de ses idées seront reprises lors du prochain Conseil national de la sécurité routière fin novembre.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Il y a autant d'idées que de conducteurs. Certaines existent déjà, comme l'éthylotest anti-démarrage ou les glissières de sécurité avec écran moto. Mais d'autres automobilistes ont davantage d'imagination et proposent par exemple "un code couleur pour signaler les vitesses", "des herses anti-retour pour éradiquer le contre-sens autoroutier" ou encore des "feu stop à l'avant des véhicules" ou des aires d'autoroutes plus nombreuses pour pouvoir envoyer mails ou SMS.

L'association 40 millions d'automobilistes a rassemblé 5.300 témoignages. Les idées les plus pertinentes ont été rassemblées dans un document remis aux pouvoirs publics lundi et intitulé "Les bonnes idées des Français pour sauver des vies". 

"L'objectif, c'est d'obtenir des propositions de loi ", a expliqué Pierre Chasseray, le délégué général de l'association. Il estime que près de 2.000 vies pourraient être sauvées par an. L'association espère que certaines de ces idées seront reprises lors du prochain Conseil national de la sécurité routière (CNSR) fin novembre.

Les automobilistes réclament moins de répression

Parmi les idées, les automobilistes sont nombreux à réclamer moins de répression. "Q u'on soit sur une optique positive et propose une réduction annuelle d'impôts aux gens qui n'auraient pas commis du tout d'infraction pendant l'année ", indique par exemple un automobiliste. Ou encore l'idée de récompenser les bons conducteurs sur autoroute par exemple en leur offrant des bons de péages.

Le document de 40 millions d'automobilistes ne comporte pas de mesures visant à réduire les vitesses autorisées. Dans un rapport révélé début octobre, le comité des experts du CNSR avait pourtant préconisé une baisse des vitesses de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.