Vidéo Indemnité carburant de 100 euros : Olivier Faure salue "une annonce bienvenue" mais regrette qu'elle ne concerne pas tous les "gens modestes"

Publié
Article rédigé par
Radio France
Une prime carburant de 100 euros pour les "travailleurs" les plus modestes, "il vaut mieux ça que rien", estime le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

"C'est une annonce bienvenue". Le Premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, a réagi mercredi 7 décembre sur franceinfo à l'annonce par la Première ministre d'une indemnité carburant de 100 euros en 2023. Les 10 millions de "travailleurs" les plus modestes seront concernés, précise Élisabeth Borne sur RTL.

"Quand le gouvernement fait un pas dans le bon sens, je l'approuve parce que finalement, il vaut mieux ça que rien", reconnaît le dirigeant socialiste. "Mais la réalité", selon lui, "c'est qu'on aurait pu faire très différemment". Il regrette ainsi que cette aide "ne concerne pas celles et ceux qui sont au chômage, qui cherchent un emploi et qui ont besoin de se déplacer" ni "les retraités". Le chômeur qui "a besoin de se déplacer pour chercher un travail" pourra solliciter des aides auprès de Pôle emploi, a indiqué la cheffe du gouvernement.

"Est-ce que vous pensez qu'il n'y avait pas d'autres moyens de trouver des ressources pour venir en aide aux plus vulnérables ?", interroge-t-il. "Bien sûr, ça coûte cher", dit-il, mais "vous croyez que ça ne coûte pas cher, aussi, quand le même gouvernement rend huit milliards d'euros aux entreprises avec la fin de la CVAE [Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises]" ou "quand ils refusent de taxer les superprofits ?"

"Est-ce que vous pensez qu'il n'y avait pas d'autres moyens de trouver des ressources pour venir en aide aux plus vulnérables" et "engager la transition écologique ?". "Vous voyez bien qu'il y a des choix qui sont opérés par ce gouvernement, ce ne sont pas les miens", souligne-t-il. Ce nouveau dispositif, annoncé par la Première ministre, sera doté d'une enveloppe d'environ un milliard d'euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.