Prix des carburants : Macron veut développer les aides pour les Français "qui doivent faire plus de 30 ou 40 km" pour aller travailler

Dans une interview à Europe 1, Emmanuel Macron a pris pour exemple la région Hauts de France, qui a mis en place un "chèque carburant" de 20 euros par mois.

Emmmanuel Macron lors d\'un discours à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), le 5 novembre 2018.
Emmmanuel Macron lors d'un discours à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), le 5 novembre 2018. (POOL / AFP)

"C'est de l'écologie et il faut le faire !" Emmanuel Macron a défendu la hausse des taxes sur le diesel et l'essence, dans une interview à Europe 1 diffusée mardi 6 novembre, alors que la hausse des prix des carburants provoque une colère grandissante. Mais le président de la République a annoncé deux pistes pour compenser certains de ses effets : "améliorer le chèque énergie" et développer les aides adressées aux Français "qui tous les jours prennent la voiture pour aller travailler" sur de longues distances. 

"Il faut travailler avec les collectivités locales, les employeurs, intelligemment" pour mettre en place des aides destinées à "tous ceux qui doivent se déplacer pour aller travailler, faire 30 ou 40 km chaque jour", a expliqué Emmanuel Macron. "La philosophie, c'est un peu celle de l'indemnité kilométrique", a expliqué le président de la République, qui a cité en exemple l'initiative de la région Hauts-de-France. Celle-ci a mis en place un "chèque carburant" de 20 euros par mois pour les employés contraints de parcourir plus de 30 km par jour en voiture pour aller travailler.

"Il faut qu'on regarde comment améliorer le chèque énergie" pour mieux aider "les gens très modestes, quand ils ne peuvent pas changer de chaudière et qu'ils n'ont pas d'autres options pour se chauffer", a également annoncé le président de la République. Ce dispositif, déjà existant, est attribué aux ménage modestes pour payer leurs factures d'électricité ou de gaz, ou acheter du combustible comme du fioul. Emmanuel Macron a appelé le gouvernement et le Parlement à y travailler "dans les semaines à venir" en s'inspirant "des collectivités les plus novatrices" en la matière.