Vidéo L’Europe propose un nouveau plan pour contrer la crise énergétique

Publié Mis à jour
Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a annoncé ce mercredi 14 septembre une batterie de mesures pour contrer la crise énergétique. Elle propose notamment de s’attaquer au marché de l’électricité et aux “superprofits” des entreprises.
Brut.
Article rédigé par

Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a annoncé ce mercredi 14 septembre une batterie de mesures pour contrer la crise énergétique. Elle propose notamment de s’attaquer au marché de l’électricité et aux “superprofits” des entreprises.

En ce moment, les bénéfices doivent être partagés et réorientés vers ceux qui en ont le plus besoin.” Ursula Von der Leyen s’est exprimée ce mercredi 14 septembre lors de son "discours sur l'état de l'Union". La présidente de la Commission européenne a présenté un nouveau plan afin de contrer la crise énergétique qui paralyse l’Union européenne. La mesure principale concerne notamment les superprofits, c’est-à-dire les bénéfices des entreprises boostés par des circonstances exceptionnelles, ici la guerre en Ukraine. 

“Les bénéfices doivent être partagés et réorientés vers ceux qui en ont le plus besoin”

Entendez-moi bien, dans notre économie sociale de marché, faire des bénéfices, c’est normal, c’est une bonne chose”, explique la présidente. “Mais en ce moment, il n’est pas normal de faire des bénéfices records exceptionnels, en profitant de la guerre et sur le dos des consommateurs”. C’est pourquoi elle propose de plafonner “les revenus des entreprises qui produisent de l'électricité à faible coût”. "Notre proposition prend aussi en compte les producteurs d'électricité à partir de combustibles fossiles, qui doivent apporter une contribution de crise”, ajoute-elle. Cette proposition permettrait à l’Union européenne de récolter pas moins de 140 milliards d’euros pour “amortir le choc”. 

Ce plan tendrait aussi à réduire le prix de l’essence. “Nous ne sommes pas sortis de notre dépendance au pétrole. Pire encore, les énergies fossiles ont même été massivement subventionnées. C’était un mauvais choix (...). Nous en payons encore le prix aujourd’hui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.