"Gilets jaunes" : la suppression des taxes ne suffit pas

Le gouvernement a envoyé un signal fort en abandonnant définitivement les hausses de taxes sur les carburants l'an prochain. Comment ont-ils réagi à cette concession ? 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Ils attendaient depuis trois semaines les annonces du gouvernement. Sur les barrages d'Arras (Pas-de-Calais) et de Poitiers (Vienne), les "gilets jaunes" ne se satisfont pas des annonces du gouvernement. "C'est une mesure d'apaisement. Mais ça ne va rien résoudre pour moi", témoigne une femme arborant un "gilet jaune" sur un barrage. Des mesures trop faibles, tandis que les manifestants ne croient pas en la sincérité de ces mesures. "C'est supprimé pour 2019, en 2020 ça recommencera", déplore un manifestant.

"Si vous ne comprenez pas, tant pis pour vous"

Sur les lieux de blocage, les "gilets jaunes" se sentent renforcés par les premiers reculs du gouvernement. Et leurs revendications sont désormais beaucoup plus larges. "Il faut augmenter les salaires minimums et tous les gens qui gagnent moins de 2 000 euros", exige un manifestant. "On va durcir, si vous ne comprenez pas, tant pis pour vous", prévient un "gilet jaune". Dans leur grande majorité, ces manifestants resteront sur leur rond-point samedi 8 décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" sur une barricade au Mans, le 4 décembre 2018.
Des "gilets jaunes" sur une barricade au Mans, le 4 décembre 2018. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)