"Gilets jaunes" : la mobilisation reste insaisissable

En duplex depuis Bordeaux (Gironde), le journaliste David Basier fait le point sur la mobilisation des "gilets jaunes" sur place, lundi 19 novembre, troisième jour du mouvement.

FRANCE 2

Bordeaux (Gironde) est une des villes les plus touchées par le mouvement des "gilets jaunes", commencé samedi 17 novembre. La mobilisation rassemble des profils différents. "Pour vous donner une idée de la diversité des manifestants qui se trouvent sur ce barrage filtrant, j'ai rencontré ce matin [lundi 19 novembre] une esthéticienne, un soudeur, une élève infirmière, un charpentier, une aide-soignante, des retraités et aussi une jeune maman qui travaille dans le graphisme. Elle a accompagné ses enfants à l'école, puis est venue ici après avoir envoyé un message à son employeur", indique le journaliste David Basier, en duplex depuis un barrage filtrant près de Bordeaux.

Aussitôt dissous, les barrages se reforment

"Il y a des gens qui sont là sur leurs jours de congé, d'autres qui viennent simplement passer un moment ici, ce qui explique qu'ils sont assez mobiles et que les barrages se reforment. Par exemple, ce matin, le péage de Virsac a été évacué par les CRS et les gendarmes, et je viens d'apprendre qu'un autre barrage s'est reformé sur l'autoroute A10", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" à Virsac, près de Bordeaux, le 18 novembre 2018 (illustration).
Des "gilets jaunes" à Virsac, près de Bordeaux, le 18 novembre 2018 (illustration). (NICOLAS TUCAT / AFP)