"Gilets jaunes" : journée de blocages sous tension

Les barrages installés par les "gilets jaunes" samedi 17 novembre sont destinés à gêner la circulation. France 2 a recueilli le témoignage de salariés qui n'ont pas pu aller travailler et de commerçants qui redoutent une perte de leur chiffre d'affaires.

FRANCE 2

Treize points de blocage ont été installés samedi 17 novembre tout autour de Fougères, en Ille-et-Vilaine. Dès 4 heures du matin, cinq grandes surfaces, puis huit ronds-points sont occupés par les "gilets jaunes". Impossible d'approcher, alors certains s'impatientent. Le patron de ce garage a calculé ses pertes : 9 000 euros de chiffre d'affaires pour la journée, plus quelques dégradations. Au barrage filtrant, les "gilets jaunes" doivent faire preuve de tact face à des automobilistes remontés contre leurs méthodes.

Une journée de perdue pour les commerces

Résultat : Fougères tourne au ralenti. Les commerçants décrivent une ville morte et une journée perdue. "En centre-ville, il ne se passe rien", déplore une fleuriste. "Il est 10h15, nous sommes à un quart de la clientèle", constate un buraliste. Des commerces avaient anticipé le mouvement et réduit leurs équipes, mais certains centres commerciaux, eux, ont dû fermer la porte pour la journée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" le 17 novembre 2018, au Boulou (Pyrénées-Orientales), près de la frontière espagnole.
Des "gilets jaunes" le 17 novembre 2018, au Boulou (Pyrénées-Orientales), près de la frontière espagnole. (RAYMOND ROIG / AFP)