Carburants : Emmanuel Macron évoque une taxe modulable

Emmanuel Macron a ouvert une brèche mardi 27 novembre au matin, en annonçant un dispositif visant à baisser les prix lorsque les cours du brut s'envolent. Il s'agirait d'une sorte de plafond révisé tous les trois mois.

France 2

Moins de taxes sur les carburants quand le prix du pétrole augmente : c'est la proposition du président de la République en réponse à la crise des "gilets jaunes". Mardi 27 novembre, le gouvernement a prévu d'augmenter la taxe sur le gazole de 0,65 € chaque année jusqu'en 2021 et 0,33 € en 2022. Même chose pour l'essence, qui augmentera de 0,29 € chaque année. Mais bientôt, le prix du baril sera observé chaque trimestre. S'il est en baisse, le gouvernement ne changera rien et maintiendra les taxes prévues. Mais s'il augmente, il pourra décider de diminuer ou suspendre provisoirement ses taxes.

Ni l'opposition ni les "gilets jaunes" ne sont convaincus

Par exemple, selon l'exécutif, quand les cours du pétrole se sont envolés le mois dernier pour atteindre 85,44 $, la mesure aurait permis de diminuer le montant des taxes et des prix à la pompe. Pour les "gilets jaunes" de Montpellier (Hérault), cette réponse est loin d'être satisfaisante. À l'Assemblée nationale, l'opposition n'est pas non plus convaincue. Une mesure qui pourrait représenter un manque à gagner important pour l'État.

Le JT
Les autres sujets du JT
Plusieurs événements appelant à organiser des blocages pour protester contre la hausse des prix du carburant ont été supprimés de Facebook.
Plusieurs événements appelant à organiser des blocages pour protester contre la hausse des prix du carburant ont été supprimés de Facebook. (GREG LOOPING / HANS LUCAS / AFP)