Carburants : avec la vente à perte, les petites stations sont inquiètes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Carburants : avec la vente à perte, les petites stations sont inquiètes
Article rédigé par France 2 - J. Van Hove, M. Lescanne, E. Gerenton, A. Abbas, B. Livertoux, K. Johnson
France Télévisions
France 2
Après l’annonce de la vente de carburant à perte, Bercy affirme qu’il y aura bien des compensations financières pour les stations-service indépendantes. Mais depuis 48 heures, leurs propriétaires sont évidemment très inquiets.

Un carburant à perte qui pourrait être vendu moins cher à partir du 1er décembre, l’annonce est bien accueillie par les automobilistes, mais impossible à appliquer pour une station-service indépendante dans un village de 900 habitants près de Reims (Marne). La mesure résonne comme un arrêt de mort pour les 2 500 stations indépendantes. Les habitants se disent solidaires. "Ils doivent bien gagner leur vie ces gens-là, c’est normal", affirme un homme.

Un fond de compensation

Près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), dans une commune, la vente à perte est aussi inenvisageable. Dans une station, le carburant représente 80 % du chiffre d’affaires. La gérante n’a ni la trésorerie, ni l’activité d’une grande surface pour se permettre de supprimer ses marges. Pour soutenir les petites stations-service, le gouvernement vient d’annoncer un fonds de compensation pendant les six mois d’autorisation de vente à perte. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.