Cet article date de plus d'un an.

Carburant : "Le week-end de la Toussaint va se passer plus sereinement", estime la Fédération française des Combustibles, Carburants & Chauffage

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Le weed-end de la Toussaint gâché par le risque d'une panne séche ? Frédéric Plan, délégué général de la Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage, se veut rassurant jeudi 20 octobre sur franceinfo. 

"En matière d'automobile, je pense que le week-end de la Toussaint va pouvoir se passer plus sereinement", déclare ce jeudi 20 octobre sur franceinfo Frédéric Plan, délégué général de la Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage, qui représente les distributeurs de carburant, domestique et professionnel, et un millier de stations-service.


De nombreux automobilistes ont mis leur week-end de la Toussaint en suspend, dans la crainte de manquer de carburants alors que la grève a été reconduite ce matin dans la raffinerie TotalEnergies de Gonfreville-l'Orcher, en Seine-Maritime, et au dépôt de carburant de Feyzin, dans le Rhône. Près de 20% des stations-service étaient concernées par des pénuries de carburant mercredi soir.

"À partir du moment où tous les dépôts rouvrent, il faut deux semaines."

Frédéric Plan, délégué général de la Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage

à franceinfo

"On peut dire que la situation a cessé de s'aggraver à la fin de la semaine dernière, estime Frédéric Plan, maintenant, il s'agit de voir quel est le rythme d'amélioration". Le délégué général de la Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage assure que les régions les plus touchées sont "l'Ile-de-France, une partie de la Normandie et du Centre-Val-de-Loire, ainsi que la région Auvergne-Rhône-Alpes".

Frédéric Plan estime qu'il faut deux semaines avant un retour à la normale en cas de réouverture de l'ensemble des dépôts de carburant. Il ajoute que pour les stations-service cela va plus vite en théorie. À ce titre, alors que les vacances de la Toussaint débutent ce vendredi soir, le responsable se montre confiant : selon lui, il y aura "moins de risque de tomber sur des pompes à sec [sur l'autoroute] puisque ces stations-service sous contrat sont livrées en priorité".

Enfin, concernant les prix du carburant, Frédéric Plan pronostique une baisse des prix à la pompe avec la fin de la grève. Selon lui, "il y a aujourd'hui une surcote en France qui peut être estimée jusqu'à 20 centimes d'euros le litre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.