Attaques d'installations pétrolières en Arabie saoudite : le prix à la pompe va "tôt ou tard" augmenter en France

L'augmentation des prix des carburants à la pompe sera de "quatre à cinq centimes" en France, d'après le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

Un panache de fumée s\'échappant d\'une installation pétrolière à Abqaiq en Arabie saoudite, après une attaque de drones, le 14 septembre 2019.
Un panache de fumée s'échappant d'une installation pétrolière à Abqaiq en Arabie saoudite, après une attaque de drones, le 14 septembre 2019. (AFP)

Le prix à la pompe en France va "tôt ou tard" augmenter de "quatre à cinq centimes", a prévenu lundi 16 septembre sur franceinfo Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), après les attaques d'installations pétrolières samedi en Arabie saoudite. Ces attaques, revendiquées par les rebelles Houthis, ont provoqué la réduction de la production de 5,7 millions de barils par jour, ce qui a fait augmenter les cours mondiaux du pétrole.

"Le pétrole brut a augmenté d'environ 10%. Il est passé de 60 dollars le baril à 66 dollars le baril. Cela correspond à ces quatre à cinq centimes d'augmentation qui tôt ou tard vont se répercuter à la pompe parce que les vendeurs n'ont pas beaucoup de marge en France", a expliqué Francis Duseux.

Une réduction "inédite" de la production ?

"Tout dépend des déclarations qui vont être faites dans les jours qui viennent", a toutefois tempéré le président de l'UFIP. "L'information qui est nécessaire c'est de savoir combien de temps il faut pour réparer ces installations. Mais ce que j'ai lu dans les premiers rapports de ceux qui sont en connexion avec l'Arabie saoudite, c'est que c'est plutôt une question de semaines, qu'une question de jours. C'est plutôt négatif", a-t-il précisé.

>> Hausse des prix à la pompe ? Pénurie de pétrole ? Escalade militaire ? On répond à quatre questions après les attaques de drones en Arabie saoudite

"Je crois qu'il ne faut pas trop inquiéter les gens pour l'instant. Ceci dit, une réduction de production de 5,7 millions de barils par jour, c'est tout à fait considérable. Je crois que cela n'est jamais arrivé dans l'histoire", a terminé le président de l'UFIP.