Pénurie de carburant : trois questions sur la hausse des prix à la pompe

Alors que le risque de pénurie se fait de plus en plus grand, certains automobilistes ont remarqué une hausse des prix de l'essence.

Un homme fait le plein de son véhicule, le 23 mai 2016 à Auxerre.
Un homme fait le plein de son véhicule, le 23 mai 2016 à Auxerre. (MAXPPP)

Avec le blocage des raffineries et des dépôts de carburants, le risque de pénurie d'essence devient de plus en plus crédible. Le gouvernement a haussé le ton, mardi 24 mai, au petit matin, avec le déblocage du site pétrolier de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Mais selon la CGT, les huit raffineries de l'Hexagone sont désormais en grève. Avec quelles conséquences sur les prix à la pompe ? Francetv info répond à trois questions concernant cette inflation.

>> Pénurie de carburants : y a-t-il encore de l'essence près de chez vous ? Consultez notre carte

Les prix à la pompe ont-ils vraiment augmenté ?

Oui, les prix ont augmenté ces derniers jours. Ils ont franchi la barre de 1,10 euro pour le gazole et celle de 1,30 euro pour le sans plomb 95. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes n'ont pas oublié de signaler cette hausse des prix, en la reliant au blocage des raffineries et à la pénurie de carburants.

La hausse est-elle en lien avec la pénurie ?

A priori, non. Les prix avaient commencé à augmenter avec la hausse du prix du baril de pétrole. Alors que celui-ci était descendu en dessous des 30 dollars (26,7 euros), il s'est rapproché la semaine dernière de la barre des 50 dollars (44,5 euros). Une hausse du baril de Brent qui se traduit mécaniquement par une augmentation du prix à la pompe.

Se profile aussi, avec l'été l'effet "driving saison", une augmentation de la demande brute en lien avec le fait que les Américains se déplacent massivement durant leurs vacances, explique L'Express. Mais si la crise et les blocages se prolongent en France, les prix à la pompe pourraient en être affectés. "Il ne faut pas que cette situation se prolonge trop longtemps si l'on ne veut pas que la facture à la pompe grimpe sensiblement", estime un spécialiste dans Le Figaro.

Les pompistes ne peuvent pas en profiter pour gonfler le prix ?

Si, certains peuvent jouer sur les prix. "Cela dépend de la marge de manœuvre dont disposent les gérants de stations-service. Certains disposent d'une latitude pour faire rapidement bouger les prix, d'autres pas", explique un connaisseur du secteur au Figaro. La liberté de chaque gérant va dépendre de son affiliation à un pétrolier, une enseigne de la grande distribution ou à un indépendant. La liberté pour un gérant d'augmenter ses prix n'est donc pas automatique.