Grève du 6 décembre : la grande majorité des raffineries à l'arrêt

Sept des huit raffineries que compte la France sont en grève vendredi 6 décembre. L'objectif des syndicats est de stopper la sortie des carburants des dépôts pétroliers. Quelles sont les conséquences sur les ravitaillements des stations-service ? 

France 2

Les raffineries fonctionnent au ralenti vendredi 6 décembre. Sur le site de Lavéra à Martigues (Bouches-du -Rhône), les syndicats ont reconduit la grève contre la réforme des retraites. Aucun camion-citerne ne sort depuis 48 heures. "On ne sort plus de produits pour les essences et on a commencé à réduire les allures des unités c'est-à-dire que l'employeur produit beaucoup", explique Sébastien Varagnol, syndicat CGT Raffineries Lavéra. 70% du personnel est en grève.

>> DIRECT - Grèves reconduites, transports perturbés... Suivez la mobilisation du 6 décembre contre la réforme des retraites

Total se veut rassurant

Au total, sept des huit raffineries françaises sont concernées par des actions de blocage. Seule celle de Port-Jérôme-Gravenchon, en Seine-Maritime, n'est pas concernée. Les raffineries ne sont pas à l'arrêt. Ce sont les dépôts de carburants qui sont bloqués par les manifestants. Sur les 200 dépôts, une dizaine de sites seraient concernés par des actions de blocage de barrages filtrants. Si certaines stations commencent à manquer de carburants, Total se veut rassurant de son côté. "La chaîne logistique d'approvisionnement des carburants est adaptée pour répondre à la situation actuelle", déclare l'entreprise. 



Le JT
Les autres sujets du JT
Le dépôt de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), photographiée le 7 juin 2016, fait partie des sites bloqués le 6 décembre.
Le dépôt de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), photographiée le 7 juin 2016, fait partie des sites bloqués le 6 décembre. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)