DIRECT. Une voiture force un barrage de manifestants à Fos-sur-Mer et blesse gravement un militant CGT

La victime, âgée de 51 ans, prise en charge par les pompiers, a été héliportée vers un hôpital voisin. Le chauffeur du véhicule en cause, âgé de 25 ans, a pris la fuite avant de se rendre au commissariat de Martigues.

Un barrage près du dépôt de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), le 24 mai 2016.
Un barrage près du dépôt de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), le 24 mai 2016. (BORIS HORVAT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une voiture a forcé un barrage de manifestants à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône, et a gravement blessé un militant CGT, a indiqué la police, jeudi 26 mai, confirmant une information de BFMTV. La victime, âgée de 51 ans, prise en charge par les pompiers, a été héliportée vers un hôpital voisin. Le chauffeur du véhicule en cause, âgé de 25 ans, a pris la fuite avant de se rendre au commissariat de Martigues où il a été placé en garde à vue.

 Les blocages se multiplientPour la deuxième journée consécutive, les militants ont coupé la circulation du pont de Normandie. Un site de sous-marins nucléaires de DCNS à Cherbourg (Manche) est également bloqué. A Vitrolles (Bouches-du-Rhône), un chauffeur de poids-lourd a foncé sur un barrage dans une zone industrielle, blessant quatre personnes.

Dans les centrales nucléaires. Le mouvement de grève s'est étendu à la totalité des centrales nucléaires françaises, a annoncé la CGT, à l'initiative du mouvement. Mercredi soir, la grève concernait seize sites sur dix-neuf. "Douze ont baissé la charge dans la nuit. Les autres ont dû commencer ce matin", affirme la porte-parole de la fédération mines-énergie du syndicat. Par ailleurs, trois centrales thermiques sont déjà à l'arrêt..

Il n'y a "pas de problème de stock" de carburant, a affirmé Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat aux Transports, invité d'Europe 1. "La situation s'est améliorée dans l'Ouest et le Nord", même si la situation reste tendue à Paris et en région Paca. Selon lui, tous les records de consommation de carburant en France ont été battus ces derniers jours.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BLOCAGES

18h38 : Contacté par francetv info, ERDF confirme des coupures d'électricité en Ile-de-France dans la matinée, mais ne signale rien d'inquiétant pour l'instant : "Il faut se rappeler que dans une journée classique, il y a toujours des coupures sur le réseau."

15h49 : Bonjour @anonyme. Le mouvement de grève de la raffinerie de Port-Jérôme (Seine-Maritime) a cessé "depuis 22 heures hier soir", selon Christophe Aubert, secrétaire CGT de la raffinerie, rapporte France 3 Normandie.

15h50 : des infos sur la fin de la grève dans la raffinerie ExxonMobil de Port-Jérôme ?

15h48 : Une voiture force un barrage de manifestants à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) blessant gravement un militant CGT, rapporte la police.

15h49 : Quels sont les contenus les plus consultés en ce début d'après-midi ?

• Objet de cafouillages au sein du gouvernement, l'article 2 de la loi Travail, qui prévoit d'inverser la hiérarchie des normes, vous intéresse particulièrement.

• Alors que les blocages des raffineries et des centrales nucléaires se poursuivent aujourd'hui, vous continuez à consulter la carte des stations-essence à sec (ou presque).

• Comment François Hollande peut-il apaiser la crise sociale ? Les quatre scénarios de sortie de crise sont à lire dans cet article.

11h57 : Plusieurs barrages de la CGT ont été levés en fin de matinée, sans intervention des forces de l'ordre. C'est le cas notamment devant la centrale nucléaire de Gravelines (Nord), mais aussi sur les ponts de Normandie et de Tancarville, près du Havre, où la circulation est revenue à la normale.

11h51 : Manuel Valls recevra les acteurs du secteur pétrolier samedi, annonce Matignon. #TRAVAIL

11h29 : Rassurez-vous, le mouvement de grève lancé dans les 19 centrales nucléaires françaises ne va pas plonger le pays dans le noir. Dans cet article, francetv info liste quatre éléments qui permettent de relativiser les menaces qui pèsent sur l'approvisionnement électrique.

11h31 : Quatre personnes ont été légèrement blessées à Vitrolles (Bouches-du-Rhône) par un chauffeur de poids lourd visiblement excédé par un barrage filtrant organisé sur une zone industrielle. Le véhicule a foncé sur le rond-point bloqué et a heurté deux piétons et deux voitures, selon France 3 Provence-Alpes.

10h30 : Six Français sur dix (62%) jugent le mouvement contre la loi Travail "justifié", selon un sondage Ifop pour RTL réalisé après le début des blocages de raffineries et dépôts de carburants. Sans surprise, les électeurs de gauche sont les plus compréhensifs, mais 43% des sympathisants des Républicains assurent aussi comprendre le mouvement.

10h00 : L'usine de sous-marins nucléaires du groupe DCNS à Cherbourg (Manche) est "totalement bloquée", selon la police. Le port militaire est également bloqué, ajoute la CGT.

09h24 : De très nombreuses actions sont en cours, un peu partout en France contre la loi Travail. En voici quelques-unes, en tweets et en images.

08h42 : "Je suis respectueux des syndicats, je suis respectueux de la CGT. Mais ce n'est pas la CGT qui peut bloquer le pays, qui peut imposer un texte de loi."

Manuel Valls, invité de BFMTV, répète qu'il n'y aura ni retrait du texte, ni réécriture de l'article 2 du projet de loi El Khomri.

08h33 : Le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, se montre rassurant quant au risque de pénurie de carburants. Voici les dernières informations qu'il vient de donner sur Europe 1 :

• La situation s'est améliorée dans l'Ouest et le Nord. Elle reste tendue à Paris et en région Paca.

• Sur les huit raffineries de France, cinq sont en grève, une est en maintenance et deux fonctionnent.

"Il n'y a pas de problème de stock. Les dépôts de carburants sont pleins. On en a débloqué onze et on continuera à le faire", précise-t-il.

"Depuis trois jours, on a battu tous les records de consommation" de carburants, affirme Alain Vidalies.

08h17 : Bonjour, je préfère ne pas avoir de journaux plutôt que voir la presse se faire imposer une tribune par qui que ce soit. Drôle de méthode de la part d'un syndicat qui reproche au gouvernement d'imposer sa loi...

08h16 : Donc si j'ai bien compris, Monsieur Martinez a le pouvoir de bloquer la parution de la presse écrite si elle ne fait ce qu'il veut... On nage en plein délire.

08h16 : C'est quoi ce syndicat qui utilise des méthodes digne des pires dictatures pour imposer à tout le monde son point de vue! Si ils pensent qu'ils vont redorer leur image en agissant de la sorte ils se fourrent un doigt dans l'œil!

08h25 : "Nos journaux sont pris en otages", proteste le syndicat de la presse quotidienne nationale. Le SPQN a réagi après l'action de la CGT du Livre qui a empêché la parution des quotidiens nationaux, ce matin, qui ont refusé de publier une tribune de Philippe Martinez, le leader de la CGT. Cela vous fait réagir dans les commentaires.

07h45 : "Il y a une double radicalité dans le pays. Une radicalité gauchiste et une radicalité libérale."

Le patron des députés PS est l'invité des "4 Vérités" sur France 2. Il défend le projet de loi Travail face aux blocages orchestrés par la CGT. Il revendique toutefois le droit aux députés de "retravailler" le texte.

07h35 : Comme hier, les opposants à la loi Travail bloquent le pont de Normandie. Un journaliste de France Télévisions se trouve sur place.

07h34 : Où en est-on sur le front de la pénurie de carburants ? Plus de 4 600 stations-service sont en situation de pénurie totale ou partielle, selon les données de l'application Mon Essence. Cinq des huit raffineries de France sont par ailleurs perturbées.

07h34 : Pas de problème en revanche pour les quotidiens régionaux, qui paraissent normalement. La Provence voit dans ce jeudi "le jour de vérité" concernant le bras de fer qui oppose la CGT au gouvernement.






07h34 : Le Figaro, qui n'a pu paraître mais qui est disponible gratuitement en édition numérique comme la plupart des autres quotidiens nationaux, consacre sa une à Philippe Martinez. Le secrétaire général de la CGT est décrit comme "l'homme qui veut mettre la France à genoux".

08h04 : Ce matin, vous ne trouverez pas vos journaux nationaux en kiosques, à la suite d'une action de la CGT du Livre, qui en bloque l'impression et la distribution après avoir tenté d'imposer la publication d'une tribune de Philippe Martinez dans chaque quotidien. L'Humanité publie ce texte, intitulé "La modernité c'est le progrès social, pas la loi Travail !". Le journal communiste est donc le seul quotidien national à paraître aujourd'hui.



07h33 : Dès l'aube, les militants de la CGT sont mobilisés pour diverses actions de blocage. Des journalistes publient sur Twitter des photos du port de Brest et de la centrale de Nogent-sur-Seine, dans l'Aube.