Paris-Roissy : la voie réservée aux bus et taxis suspendue

Le tribunal administratif de Montreuil a suspendu la voie réservée aux bus et taxis entre Paris et Roissy. Décision lundi en référé, en urgence, sur demande des VTC.

(La voie de gauche de l'A1 entre Paris et Roissy était réservée aux bus et taxis depuis plusieurs semaines © Maxppp)

A peine créée, déjà supprimée : le tribunal administratif de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, a suspendu lundi en référé la voie réservée aux bus et taxis qui devait mener de l'aéroport de Roissy à Paris. Cette voie a été mise en place fin avril : elle était réservée à certains véhicules de 6h30 à 10h en semaine mais les VTC, véhicules de tourisme avec chauffeur, dénonçaient une concurrence déloyale, d’où ce référé en urgence.

 

Cette voie réservée permettrait de gagner en moyenne huit minutes entre Roissy et Paris, du coup les entreprises de véhicules avec tourisme ont eu peur que les clients choisissent le mode de transport le plus rapide : taxi ou bus. Et la justice leur a donné raison.

 

Selon les représentants de VTC, le juge a estimé que le fait de réserver la voie de gauche aux bus et taxis n'était pas justifié par  l'intérêt général ou l'ordre public. Mais attention, c'est une décision en référé, le jugement sur le fond, lui, sera rendu dans plusieurs mois. 

Plus de tarification unique ?

En janvier, la cour de justice européenne s'était déjà penchée sur la question, cette fois pour les taxis londoniens, et elle a estimé, elle, que les "cabs" avaient tout à fait le droit d'avoir une voie réservée. Autant dire qu'on en est qu'à une première étape, dans ce nouvel épisode de la guerre VTC-taxis.

Si la voie réservée était définitivement supprimée, cela pourrait remettre en cause la tarification unique prévue par le gouvernement entre Paris et les aéroports. Les syndicats de taxis avaient dit oui, mais avec une condition : avoir la garantie de ne pas rester coincé dans les bouchons.