Paris-Bordeaux : la victoire du train face à l'avion ?

Bordeaux est à moins de 2h30 de Paris en train depuis quelques mois. Les conséquences de la fermeture de la ligne Orly-Bordeaux pour l'aéroport de Mérignac pourraient être énormes.

France 2

A Bordeaux, la suppression annoncée des dix aller-retours quotidiens Paris-Bordeaux est un coup de massue. Notamment chez les voyageurs, alors que la ligne est assurée par Air France. "La ligne en soit est très très utile (..) ca va être compliqué", déplore un homme. "J'habite à côté de l'aéroport, donc pour moi c'est un souci de prendre le train, et aujourd'hui, le train est plus cher", avance une femme interrogée. Pourtant, le train marque de plus en plus de points depuis le lancement de la ligne à grande vitesse en 2017, l'écart se réduit. 2h09 sur le rail contre 1h10 par les airs. Il y a 78 % de passagers en plus dans les TGV, 45 % de voyageurs en moins dans les avions.

550 000 voyageurs par an

Pour les syndicats Air France, supprimer ces vols quotidiens est une catastrophe. "Je ne vois pas comment économiquement parlant, l'aéroport de Bordeaux va aujourd'hui se passer des recettes de dix fréquences quotidiennes", alerte la CGT. Pour les patrons de la région de Bordeaux, la liaison avec Orly est indispensable. "C'est impensable. Nous faisons partie des principales métropoles françaises et nous devons pouvoir disposer de toutes les modalités pratiques pour bouger et mener nos affaires", explique Franck Allard, président du Medef Gironde. Même en déclin, la navette d'Air France transporte toujours 550 000 voyageurs chaque année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des avions d\'Air France sur le tarmac de l\'aéroport de Roissy (Val-d\'Oise), le 30 avril 2020.
Des avions d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy (Val-d'Oise), le 30 avril 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)