Cet article date de plus de huit ans.

Mory Ducros : l'Etat va soutenir l'offre d'Arcole

L'Etat va soutenir l'offre de reprise du transporteur de colis Mory Ducros par son principal actionnaire Arcole. Le ministre du Redressement productif a annoncé vendredi un prêt de 17,5 millions d'euros. La société avait été placée en redressement judiciaire fin novembre, quatre offres de reprise ont été dévoilées cette semaine.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

L'Etat à la rescousse de Mory Ducros. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a annoncé vendredi que l'Etat allait soutenir la principale offre de reprise du transporteur déposée cette semaine par Arcole. Le société de transport de colis avait été placée en redressement judiciaire fin novembre, elle emploie 5.000 salariés et 2.000 sous-traitants. 

L'Etat va prêter 17,5 millions d'euros à Arcole, qui apportera également 17,5 millions d'euros, auxquels s'ajoutera un crédit bancaire de 15 millions, a détaillé Arnaud Montebourg expliquant que le gouvernement avait "sécurisé l'offre ".

Une "amélioration du plan social"

En échange, le gouvernement a obtenu "le changement de tout le  management de Mory Ducros et donc d'Arcole " et il lui a demandé "d'améliorer le  plan social ". Arnaud Montebourg a aussi fait état de la nomination d'un préfet dédié à ce dossier et de mesures exceptionnelles d'accompagnement en faveur des 3.000 salariés qui risquent de perdre leur emploi.

L'offre d'Arcole prévoit la reprise de 1.900 salariés, dont 1.754 pour l'entreprise et le reste pour ses filiales. Trois autres offres moins importantes avaient aussi été déposées cette semaine au tribunal de commerce de Pontoise, dans le Val-d'Oise, jugées "non pertinentes " par le ministre car "il s'agit d'un dépeçage ".

Le tribunal de commerce rendra sa décision sur les offres le 31 janvier. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.