"Gilets jaunes" : les Pyrénées-Orientales souffrent du mouvement

Activité, fréquentation dans les commerces, chiffres d'affaires... Les conséquences économiques du mouvement des "gilets jaunes" ont été calculées dans le département.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Depuis plusieurs jours, les camions de transport de marchandises sont la cible des "gilets jaunes". Ces derniers se sont postés au niveau du péage de Perpignan (Pyrénées-Orientales) qui mène au marché international de Saint-Charles. "Il faut toucher au portefeuille", martèle un "gilet jaune". Sur le marché de gros, 90% des entreprises ont des difficultés. L'abattoir, par exemple, a du mal à livrer les lots de viande fraîche. Il ne reçoit pas non plus les marchandises que ses clients lui réclament. À quelques semaines des fêtes, il rate des ventes stratégiques.

30% de perte en moyenne depuis le 17 novembre

Autour de Perpignan, plusieurs zones commerciales souffrent aussi des blocages et des barrages filtrants des "gilets jaunes". Depuis le 17 novembre, les clients boudent une galerie marchande devenue pratiquement inaccessible. Les commerçants déplorent la perte engendrée sur le chiffre d'affaires, de 30% en moyenne. "Les 'gilets jaunes' se trompent de cible, on n’est pas des ennemis", déplore un commerçant.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron n\'a pas renoncé à augmenter les taxes sur le prix des carburants, mais il annoncé la mise en place d\'un mécanisme pour suspendre cete hausse lors des pics de prix à la pompe. Pas de quoi satisfaire ce \"gilet jaune\" de Dinan (Côtes-d\'Armor), le 17 novembre 2018.
Emmanuel Macron n'a pas renoncé à augmenter les taxes sur le prix des carburants, mais il annoncé la mise en place d'un mécanisme pour suspendre cete hausse lors des pics de prix à la pompe. Pas de quoi satisfaire ce "gilet jaune" de Dinan (Côtes-d'Armor), le 17 novembre 2018. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)