"Gilets jaunes" : le maire de Montargis veut en finir avec les blocages

11 sympathisants ont été interpellés à Montargis (Loiret) alors qu'ils tentaient de murer le centre des impôts de la ville.

Voir la vidéo

Aux abords de Montargis (Loiret), les "gilets jaunes" campent sur les ronds-points depuis plus de 10 jours bloquant une partie de la circulation. Dans la ville, les rues et les commerces sont plus vides que d'habitude. Ici, certaines boutiques auraient même vu leur fréquentation fortement baisser. Alors le maire, Benoît Digeon,aussi commerçant, est en colère. Exaspéré, il souhaite désormais que les forces de l'ordre "dégagent les barrages", selon ses mots. "Il y avait un petit ciel bleu avec Noël qui arrivait et ce rayon de soleil va être éteint", a expliqué le maire.

Un maire pris à partie

Ce discours ferme, s'il trouve un écho chez certains administrés, déplaît forcément à un groupe de "gilets jaunes" croisés dans la rue. Pris à partie, le maire n'arrive pas à se faire entendre. Ils souhaitent même aller s'installer devant la mairie. Face à leur élu, les "gilets jaunes" de Montargis sont en colère d'autant plus que 11 d'entre eux étaient encore, jeudi 29 novembre après-midi, en garde à vue au commissariat de la ville. Mercredi 28 novembre, ils avaient muré le centre des impôts de la ville en signe de protestation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Ces manifestants bretons décrivent la France comme une société divisée entre les riches et les pauvres. \"Champion du monde de la colère\", revendique l\'un d\'eux, le 17 novembre 2018 à Rennes (Ille-et-Vilaine).
Ces manifestants bretons décrivent la France comme une société divisée entre les riches et les pauvres. "Champion du monde de la colère", revendique l'un d'eux, le 17 novembre 2018 à Rennes (Ille-et-Vilaine). (MAUD DUPUY / HANS LUCAS / AFP)